Tag Archives: Dorothea Röschmann

Desdemona

Le spectacle pratique et sans complication de Vincent Boussard ne se veut pas immortel : tous les protagonistes en costume de l’époque de Shakespeare, l’omniprésence d’un voile, des lumières troubles, de tempête à peine, tout cela se voit, s’oublie Continue reading Desdemona

Beaumarchais était-il plutôt Mozart ou Rossini ?

Les deux pièces de Beaumarchais ont fourni le livret des plus importants opéras de deux magiciens de l’art lyrique, Mozart et Rossini. Chacune est d’ailleurs parfaitement adaptée au compositeur qui l’a mise en musique et les opéras en soulignent encore davantage les différences. Continue reading Beaumarchais était-il plutôt Mozart ou Rossini ?

Pastorale

Mariss Jansons est venu tardivement à Mahler, en restant longtemps à la seule Deuxième Symphonie. S’il s’est finalement imposé comme un des mahlériens de l’heure, sa conversion aura été l’effet majeur de son mandat auprès des musiciens de l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam pour qui Continue reading Pastorale

Mon étoile

Dans le paysage des récitalistes d’aujourd’hui, Dorothea Röschmann détonne. Ces mots si pleins, cette voix qui ne s’encombre pas d’esthétisme, ce timbre qui renvoie tout à la fois à Grümmer et à Jurinac par le feu, l’engagement, l’urgence, cela ne cadre plus avec l’idée que bien des critiques se font de ce que doit être une Liedersängerin. Il faut dire que depuis Edda Moser et Brigitte Fassbaender, ultimes remparts d’un art expressionniste qu’on croyait perdu, le lied était tombé dans le domaine des petites voix, celles qui l’ont choisi par défaut. Continue reading Mon étoile

Schubert parle

Octobre 2003octobre 2006 : le cycle Schubert de Nikolaus Harnoncourt avec les Berliner Philharmoniker est-il marqué au sceau de l’automne comme semble l’indiquer l’illustration de couverture de cette étonnante édition de huit CDs et d’un Blu-Ray audio et vidéo ? Arbres rouges, mais violets aussi Continue reading Schubert parle