Thrénodie

En ouvrant son disque avec la Bagatelle sans tonalité, jouée comme un caprice fantasque où papillonnent encore quelques souvenirs des Mephisto-Walzer, Cédric Tiberghien aborde la part plus expérimentale du piano de Liszt. Musiques qui cherchent le silence, dorent un carillon dans le Wiegenlied, sombrent dans une lagune funèbre où les échos de Tristan se diffractent dans l’onde : une fois entendue, cette Lugubre gondola II ne s’oublie plus.

Les six pièces qui préludent à la Troisième Année de Pèlerinage, suite de tombeaux et de jardins romains, anticipent sur le ton funèbre et pourtant merveilleux qui s’impose dès le petit babil de cloche de l’Angelus!. Ce Liszt mystique va comme un gant au piano filigrané qu’y joue Cédric Tiberghien : la profondeur des timbres s’y allège d’un art évocateur, ouvrant grand le clavier sans jamais l’alourdir.

L’introspection des deux marches funèbres que sont Aux cyprès de la Villa d’EsteLiszt les note « thrénodies » – ne faisait pourtant pas accroire des Jeux d’eaux aussi sensuels, dont les balances sonores d’or et d’argent montrent le degré de subtilité auquel la palette de Cédric Tiberghien atteint aujourd’hui. Mais la mort qui prie revient conclure le cycle qui gagne ici à écarter toute éloquence pour chercher dans une certaine nudité abstraite l’émotion, patente dans la Marche funèbre pour Maximilien Ier. Espérons que demain, Cédric Tiberghien poursuivra la mise en regard des deux autres Années.

LE DISQUE DU JOUR

Franz Liszt (1811-1886)
Bagatelle sans tonalité,
S. 216a

Wiegenlied, S. 198
Mephisto-Walzer No. 4,
S. 216b
La lugubre gondola II, S. 200/2
Schlafloss ! Frage und Antwort, S. 203i
En rêve, S. 207
Années de Pèlerinage III, S. 163 (Italie)

Cédric Tiberghien, piano

Un album du label Hypérion CDA68202
Acheter l’album sur le site du label Hypérion, sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr

Photo à la une : © DR

Dévotion

Oskar Fried, Otto Klemperer, Bruno Walter, les apôtres dirent leur Mahler comme des évangélistes, différent et au final complet. Mais la génération suivante aura révolutionné cet univers, osant tout, cravachant les textes, éructant l’orchestre, flamboyant les sons. À ce jeu là, Dimitri Mitropoulos et Hermann Scherchen concoururent à égalité, il faut avouer qu’ils partagèrent ici la palme de l’audace.

Peu de disques pour le premier, un peu plus pour le second, mais pour les deux heureusement, beaucoup de concerts, ce dont s’est heureusement souvenu Milestones pour assembler sa somme Scherchen : en studio, la parfaite Titan du Royal Philharmonic Orchestra, mais hélas les périlleuses “Résurrection”, et la 5e (mais avec le Scherzo complet, au moins) avec le Symphonique de Vienne montrent Scherchen bataillant au disque et obtenant ici où la quelques moments de grâce (l’Urlicht de Lucretia West, qui sera la soliste miracle des Kindertotenlieder et des Fahrenden Gesellen, aussi dans cette boîte).

Mais en public, quelle folie durant les soirées de la Radio de Leipzig 1960 (6e démente, avec coupures, peu importe), Troisième magnifique avec Soňa Červená. À Vienne, avec un Symphonique délesté des micros, une Septième ivre, une Huitième mystique, le grand combat de la Neuvième, un Adagio de la Dixième sidéral.

Au total, un Mahler expressionniste, moderniste, qui aurait enfanté la Seconde Ecole de Vienne sans sa cérébralité ; une ardeur, une urgence qui me font regretter que l’éditeur n’ait pas ajouté les Cinquième de Paris, de Philadelphie, de la RAI (Scherzo toujours coupé certes, mais chez Scherchen, même les ablations signifient), le stupéfiant Veni Creator de la Huitième à Berlin au début des années cinquante (avec les enfants placés juste au-dessus de l’orchestre, devant les solistes et le chœur) ; le portrait sonore aurait été alors complet, parfois il faut savoir ne pas s’arrêter à dix disques.

Et, si un jour, enfin émergeaient des limbes cette Quatrième Symphonie, ce Chant de la terre qui nous manquent toujours.

LE DISQUE DU JOUR

Gustav Mahler (1860-1911)
Symphonie No. 1 en ré majeur, « Titan »
Royal Philharmonic Orchestra

Symphonie No. 2, « Résurrection »
Mimi Cortese/strong>, soprano
Lucretia West, mezzo-soprano
Orchestre de l’Opéra d’Etat de Vienne

Symphonie No. 3
Soňa Červená, contralto
Rundfunk-Sinfonieorchester Leipzig

Symphonie No. 5
Orchestre de l’Opéra d’Etat de Vienne

Symphonie No. 6 en la mineur, “Tragique”
Rundfunk-Sinfonieorchester Leipzig

Symphonie No. 7, “Chant de la nuit”
Wiener Symphoniker

Symphonie No. 8, “Symphonie des Mille”
Elsa Maria Matheis, soprano
Daniza Ilitsch, soprano
Rosette Anday, contralto
Georgine von Milinkovič, contralto
Erich Majkut, ténor
Georg Öggl, baryton
Hugo Wiener, basse

Wiener Singakademie
Wiener Symphoniker

Symphonie No. 9
Wiener Symphoniker

Symphonie No. 10 – Adagio
Orchestre de l’Opéra d’Etat de Vienne

Lieder eines fahrenden Gesellen
Kindertotenlieder
Lucretia West, mezzo-soprano
Orchestre de l’Opéra d’Etat de Vienne

Hermann Scherchen, direction

Un coffret de 10 CD du label Milestones of a Legend 600452
Acheter l’album sur le site www.uvmdistribution.com ou sur Amazon.fr

Photo à la une : © DR