La Muse de Nikolaï

“La plus vaillante et intrépide assaillante de ma forteresse de musique !”, s’exclamait Nikolaï Medtner lorsqu’on lui parlait d’Edna Iles. Encore jeune femme, dans sa trentaine, elle l’avait abordé à l’entracte d’un concert. Accepterait-il qu’elle lui jouât quelques-unes de ses œuvres afin de recevoir ses conseils ?

Le compositeur Nikolai Medtner et la pianiste Edna Iles, en 1940 – Photo : © DR

Il y eut plus que des conseils, Medtner enthousiasmé par la virtuosité de cette belle Anglaise, écrira certaines des œuvres de sa maturité pour elle, avec son jeu pianistique en tête, et lui dédiera les Russian Round Dances qu’ils aimèrent jouer de concert à deux pianos. Personne, sinon Medtner lui-même, ne fit autant pour la musique du dernier des grands romantiques russes qu’Edna Iles, inscrivant des Contes et des Sonates à chacun de ses récitals, donnant les trois Concertos en 1946 et répétant l’exploit en 1951, à la mémoire de celui qui lui était devenu un père spirituel.

Cette dévotion à Medtner, largement illustrée par la brillante série d’archives éditée par Yves Saint-Laurent, aussi formidable soit-elle par sa débauche de couleurs et son érudition pianistique, ne doit pas faire oublier quelle pianiste de première grandeur fut Edna Iles lorsqu’elle se confrontait au grand répertoire : ses trois dernières Sonates de Beethoven montre l’ampleur de sa conception, sa spiritualité, la perfection des moyens – elle avait étudié avec Appleby Matthews -, la pure beauté d’une sonorité de haute école, et le Finale du Troisième Concerto, parfait, irrésistible, fait pleurer de ne pas avoir le reste de cette interprétation inspirée.

Logiquement, elle était chez elle chez Chopin, le jouant classique, assez Solomon, avec toujours cette sonorité merveilleuse (l’Andante spianato ! la Première Ballade !) qui refuse tout maniérisme, mais elle fut aussi une militante pour les œuvres de Bloch (on l’entend dans le saisissant Dans la nuit) ou Sir Malcolm Arnold dont elle magnifie les Variations sur un thème ukrainien.

Deux Préludes de Rachmaninov font regretter de ne pas en connaître d’autres sous ses doigts, mais revenons à Medtner : les pièces de piano solo sont des pures moments de magie, entre nostalgie et vision, mais courrez à la Deuxième Sonate pour violon où elle crée pour l’archet d’Antonio Brosa des paysages insensés ou à ce Premier Concerto capté le 16 juin 1961 sous la direction de Stanford Robinson : seul l’enregistrement de Medtner peut lui être comparé pour la poésie comme pour la virtuosité.

Quelle immense pianiste ! Si les 6 CD édités par Yves Saint-Laurent dévoilent son art resté indifférent au studio d’enregistrement, je suis impatient d’en savoir plus. Il doit bien exister à la BBC des bandes à éditer : les trois Concertos en 1951 et bien d’autres choses probablement.

LE DISQUE DU JOUR


Edna Iles

Les enregistrements privés
sur 78 tours – Vol. 1

Nikolai Medtner (1879-1951)
Conte en la majeur, Op. 51 No. 3
Conte en sol majeur, Op. 51 No. 6
Thème et Variations, Op. 55
Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonate pour piano No. 31 en la bémol majeur, Op. 110
Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847)
Rondo capriccioso en mi majeur, Op. 14
Franz Liszt (1811-1886)
Gnomenreigen, S. 145/2
Frédéric Chopin (1810-1849)
Chant polonais, Op. 74 No. 4 (arr. Liszt, S. 480/2)
Ballade No. 4 en fa mineur, Op. 52
Nocturne en fa dièse majeur, Op. 15 No. 2

Edna Iles, piano
Un album du label Yves St. Laurent Studio YSL 210 78
Acheter l’album sur le site du label www.78experience.com


Edna Iles

Vol. 2

Nikolai Medtner (1879-1951)
Sonate-Ballade en fa dièse majeur, Op. 27
Improvisation No. 2 (en forme de variations), Op. 47
Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonate pour piano No. 30 en mi majeur, Op. 109
Concerto pour piano et orchestre No. 3 en ut mineur, Op. 37 (extrait : III. Rondo. Allegro)

Edna Iles, piano
Bournemouth Symphony Orchestra
Sir Charles Groves, piano
Un album du label Yves St. Laurent Studio YSL 211 78
Acheter l’album sur le site du label www.78experience.com

Edna Iles
Vol. 3

Nikolai Medtner (1879-1951)
Sonate pour violon et piano No. 2 en sol majeur, Op. 44
Canzona serenata, Op. 38 No. 6 (extrait des “Mélodies oubliées I, Op. 38”)
Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonate pour piano No. 32 en ut mineur, Op. 111

Antonio Brosa, violon
Edna Iles, piano
Un album du label Yves St. Laurent Studio YSL 212 78
Acheter l’album sur le site du label www.78experience.com


Edna Iles

Vol. 4

Frédéric Chopin (1810-1849)
Ballade No. 1 en sol mineur, Op. 23
Ballade No. 2 en fa majeur, Op. 38
Scherzo No. 3 en ut dièse mineur, Op. 39
Sonate No. 2 en si bémol mineur, Op. 35
Mazurka en fa mineur, Op. 63 No. 2
Nocturne en mi majeur, Op. 62 No. 2
Andante spianato et Grande polonaise brillante, Op. 22
Chant polonais, Op. 74 No. 4 (arr. Liszt, S. 480/2)

Edna Iles, piano
Un album du label Yves St. Laurent Studio YSL 215 78
Acheter l’album sur le site du label www.78experience.com

Edna Iles
Vol. 5

Nikolai Medtner (1879-1951)
Concerto pour piano et orch. No. 1 en ut min, Op. 33
3 Hymnes, Op. 49
4 Contes (Skazki), Op. 26
6 Contes (Skazki), Op. 51 (2 extraits : No. 3 en la majeur, No. 6 en sol majeur)
3 Contes (Skazki), Op. 9 (extrait : No. 3 en sol majeur)
Danza jubilosa en sol majeur, Op. 40 No. 4 (extrait des “Mélodies oubliées III, Op. 40”)
Danza festiva, Op. 38 No. 3 (extrait des “Mélodies oubliées I, Op. 38”)

Edna Iles, piano
BBC Northern Symphony Orchestra
Stanford Robinson, direction
Un album du label Yves St. Laurent Studio YSL 262 78
Acheter l’album sur le site du label www.78experience.com


Edna Iles

Vol. 6

Nikolai Medtner (1879-1951)
Sonata romantica en si bémol mineur, Op. 53 No. 1
Sonate pour piano en sol mineur, Op. 22
Sonate pour piano (Sonata-skazka), Op. 25 No. 1
Sir Malcolm Arnold (1921-2006)
Variations pour piano sur un thème ukrainien
Ernest Bloch (1880-1959)
In the Night, B. 45 (version pour piano)
Sergei Rachmaninov (1873-1943)
Prélude pour piano en fa mineur, Op. 32 No. 6
Prélude pour piano en la mineur, Op. 32 No. 8

Edna Iles, piano
Un album du label Yves St. Laurent Studio YSL 263 78
Acheter l’album sur le site du label www.78experience.com

Photo à la une : La pianiste anglaise Edna Iles – Photo : © DR

Tropisme Première

Ne m’en demandez pas la raison, j’ai toujours adoré la Première Symphonie de Scriabine, vaste poème lyrique où le rêve wagnérien semble se dissoudre dans un paysage de forêts et de lacs.

Cette musique de la nature qui conduit à une célébration Continue reading Tropisme Première

Cecilia

La discographie de l’Ode à Sainte-CécileHaendel rend un hommage à peine masqué au génie de Purcell, avait-elle besoin d’une nouvelle version ? Même si John Butt ne dispose pas d’une soprano aussi radieuse que Teresa Stich-Randall, Felicity Lott ou Lucy CroweCarolyn Sampson y récidive ici, en petite voix hélas – la réponse est oui.

L’élégance un peu inquiète de l’Ouverture introduit une atmosphère différente, ce sera une vraie ode, lyrique, poétique, et non la célébration solaire que Pinnock proclamait. Le pari était osé, mais comment ne pas entendre que John Butt retrouve les lumières ambigües qu’y peignait Nikolaus Harnoncourt ?

Même fatigué, Ian Bostridge atteint à une vraie émotion, mais pour l’entendre, il faut oublier les perfections d’Anthony Rolfe Johnson et de Richard Croft, ce ne sera pas en vain.

Un chœur ardent et nombreux serait-il l’autre atout de cette lecture plus tendre que festive ? Peut-être, et prenant d’ailleurs à rebours les habitudes du temps. De plage en plage, il y aura beaucoup à glaner dans cette version qui s’éloigne du théâtre et à mesure gagne en spiritualité. L’ajout du Concerto grosso Op. 6 No. 4 lui fait un postlude teinté d’une certaine mélancolie.

LE DISQUE DU JOUR

Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
Ode for St. Cecilia’s Day, HWV 76
Concerto grosso, Op. 6 No. 4

Carolyn Sampson, soprano
Ian Bostridge, ténor
Chœur de la Radio Polonaise
Dunedin Consort
John Butt, direction

Un album du label Linn Records CKD 578
Acheter l’album sur le site du label Linn Records ou sur Amazon.fr

Photo à la une : Le claviériste et chef d’orchestre John Butt – Photo : © DR

Baudelaire

Ceux qui connaissent la petite maison en pierre de tuffeau de Candes-Saint-MartinHenri Dutilleux, assis à sa table de composition, voyait la confluence de la Vienne et de la Loire savent à quel point ce paysage d’eaux mêlées Continue reading Baudelaire

Le violon de Stravinski

Le violon de Stravinski avait un visage, celui de Samuel Dushkin, virtuose polonais qui lui inspira à peu près tout ce qu’il aura écrit pour l’instrument à quatre cordes, mieux il a une identité sonore que l’on peut entendre entre autres dans l’enregistrement légendaire du Concerto qu’il grava Continue reading Le violon de Stravinski