Barbara-Hannigan-copyright-Raphael-Brand

De l’étrange

Ne fuyez pas ! Dans un premier temps, ce que fait le soprano singulier de Barbara Hannigan dans les Trois Mélodies « nues » de 1886 pourra vous effrayer. Avec raison, et vous agacer également le ton volontairement niais qu’elle met à celles des Trois autres Mélodies. Une fois passé l’Hymne pour le Sar Peladan, et si vous avez survécu, oserez-vous entrer dans ce pourquoi existe ce disque : Socrate.

Les voix féminines y sont rares, jadis Suzanne Danco l’avait tenté dans la version orchestre, à la demande de Darius Milhaud, puis revenant à la version avec piano, Hugues Cuénod avait littéralement confisqué l’œuvre.

Eh bien, dans la récitation modale de Socrate, Hannigan est magnifique d’attention, de poésie, d’allusion, et soudain le piano de Reinbeert de Leuw, si rompu à la langue de Satie, ne l’accompagne plus, mais se marie à ce timbre si clair.

Tout l’album dégage un parfum d’étrange, quelque chose de déconcertant qui est assez dans « l’esprit Satie » pour qu’on en accepte le propos radical.

LE DISQUE DU JOUR

cover satie hannigan w&wErik Satie (1866-1925)
3 Mélodies (1886)
3 autres Mélodies (1886-1906)
Hymne, pour le « Salut Drapeau » du « Prince de Byzance » du Sâr Péladan
Socrate, drame symphonique en 3 parties pour voix et orchestre ou piano

Barbara Hannigan, soprano
Reinbert de Leeuw, piano

Un album du label Winter & Winter 910 234-2
Acheter l’album sur le site du label Winter & Winter, sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr

Photo à la une : © Raphael Brand

Sviridov

Pour Essénine

Si Chostakovitch mit en musique certains poèmes d’Essénine (1895-1925) avec la puissance de transcription qu’on lui connaît, ce fut pourtant Georgy Sviridov (1915-1998) qui captura l’esprit de la poésie aventureuse, si suggestive et mélancolique, de ce jeune homme que les Continue la lecture

neeme_jarvi_high_res_1_-_credit_simon_van_boxtel

Neeme Järvi et la France

Comme celui de Gennadi Rozhdestvensky, le répertoire de Neeme Järvi semble infini, et souvent en rapport avec les phalanges symphoniques dont il aura tenu en main les destinées.

L’Orchestre de la Suisse Romande lui aura inspiré quelques-uns des plus beaux albums de son abondante discographie, l’invitant à se pencher sur les compositeurs français qu’il avait délaissés depuis ses années de Detroit, où, conscient de l’héritage laissé par Paul Paray, Roussel et Ravel lui avaient inspiré de stupéfiants albums demeuré méconnus. Cette Troisième Symphonie alerte et fauviste, ce Daphnis orgiaque, comment pourrait-on les oublier ?

J’ai eu envie de le réentendre avant de mettre dans la platine ses deux nouveaux albums, l’un consacré à Saint-Saëns gravé avec l’Orchestre Philharmonique de Bergen, l’autre à Jacques Ibert, cette fois-ci avec L’Orchestre de la Suisse Romande.

Le doublé des Concertos pour violoncelle sous l’archet ample de Truls Mørk fait entendre un Saint-Saëns enfin débarrassé de toute référence néo-classique. Deux grands concertos d’un romantisme avoué, mais joués sans jamais rien alourdir, où tout l’orchestre entre dans le chant du soliste, immense musique de chambre subtilement dosée, tout comme un Carnaval des animaux plus poétique que descriptif où les claviers de Louis Lortie et d’Hélène Mercier caracolent puis rêvent. Louis Lortie et Neeme Järvi ajoutent deux brèves partitions de fantaisie, le Wedding-Cake pince-sans-rire, et la tumultueuse Africa. Et si demain, ils nous faisaient tous les Concertos ? Quel Égyptien en perspective.

L’album Ibert est plus irrésistible encore, l’égal de ceux jadis gravés par Jean Martinon à Paris et Louis Frémaux à Birmingham pour EMI et recoupant les programmes de l’un comme de l’autre. Il faut entendre comment Neeme Järvi, sans jamais infléchir le mouvement, fait passer l’Ouverture de fête de l’ombre à la lumière, avec quel sens des variations de couleurs il détaille les Escales, de quelle verve il pare le Divertissement « Paris », ou la Bacchanale, rendant justice à l’art d’orchestrer d’un compositeur majeur du XXe siècle français, ajoutant des pages rarissimes comme la Sarabande pour Dulcinée, le subtil Féerique, ou l’Hommage à Mozart.

Disque magique, et qui veut une suite : Tropismes pour des amours imaginaires, la Symphonie marine, le Louisville-Concert, Les Amours de Jupiter, la Symphonie concertante, Rencontres, les Concertos, les musiques de scènes, les ballets attendent de briller sous de tels feux.

LE DISQUE DU JOUR

cover saint saens jarvi chandosCamille Saint-Saëns (1835-1921)
Concerto pour violoncelle No. 1 en la mineur, Op. 33
Concerto pour violoncelle No. 2 en si mineur, Op. 119
Le Carnaval des animaux
Caprice-Valse, « Wedding- cake »
Africa

Truls Mørk, violoncelle
Louis Lortie, piano
Hélène Mercier, piano
Orchestre Symphonique de Bergen
Neeme Järvi, direction

Un album du label Chandos CHSA5162
Acheter l’album sur le site du label Chandos Records ou sur Amazon.fr – Télécharger l’album en haute-définition sur Qobuz.com

cover chandos ibert jarviJacques Ibert (1890-1962)
Escales
Sarabande pour Dulcinée (extraite de « Don Quichotte »)
Ouverture de fête
Féerique
Divertissement pour orchestre de chambre
Hommage à Mozart
Suite symphonique, « Paris »
Bacchanale

L’ Orchestre de la Suisse Romande
Neeme Järvi, direction

Un album du label CHSA 5168
Acheter l’album sur le site du label Chandos Records ou sur Amazon.fr – Télécharger l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © Simon van Boxtel

14-okt.-Severin_portret-2_credit-Ir¿ne-Zandel-2014

L’adieu aux charmes

Severin von Eckardstein énonce le thème du Moderato de la Reliquie presque factuellement, droit en quelque sorte, sans lui prêter ce caractère d’interrogation que tant suggèrent. C’est qu’il entend déjà l’impérieux crescendo qui suit, ce ton héroïque, dressé, ardent, si proche des déclamations de la Wanderer-Fantasie. Beethoven est derrière ce Schubert clair mais ardent, qui ne s’épanche pas, mais avance, impérieux, hautain, réglant avec une science insensée les équilibres d’une harmonie qui fait chanter tout le piano comme une vaste lyre.

Pour la Reliquie, cette épure prend un ton d’évidence. Mais pour la sombre D. 959 ? Allez directement à l’Andantino, exactement andantino, quasi aussi rapide que celui mythique d’Andor Foldes (EMI). Mais lorsque le thème revient piano, cette main gauche qui module, ombre tragique sans que rien de pathétique n’y participe, puis plus loin les accents cassés des accords de la main droite, si ce n’est pas comprendre tout de Schubert ! Et lorsque la tempête paraît à la fin du mouvement, un Dieu monstrueux la fait souffler, froide, glacée, comme une vision de Winterreise.

Ce disque radical est bien à l’image d’un pianiste à part, résolument à l’écart, c’est certainement l’un de ses plus absolument grands, et il faut bien avouer que la presse s’est empressé de s’y montrer indifférente. Mais le retrouvant sur les conseils de Pierre-Yves Lascar, je comprenais soudain ce qui m’avait tant surpris à l’écoute des Moments musicaux donnés en concert durant l’édition 2006 du Klavier-Festival Ruhr : cette nudité du son, ce refus du charme, cette route droite, implacable, cette solitude des mélodies, c’est l’essence même de Schubert.

Au moins le festival allemand aura consacré un double album à ce pianiste trop rare au disque, au répertoire toujours surprenant. Voyez un peu : deux Concertos de Mozart mais dans l’arrangement d’Hummel pour quatuor avec piano (la flûte d’Andrea Lieberknecht, le violon d’Andrej Bielow, le violoncelle de Nicolas Altstaedt), la 4e Sonate de Prokofiev jouée avec une fantaisie triste déconcertante.

Mais tout cela s’efface devant des Miroirs de Maurice Ravel étrangement distanciés, joués avec une sorte de froideur terrible, comme épurés eux aussi. Dans ses paysages où les oiseaux ne sont pas seuls à être tristes, un personnage chemine, qui finira englouti dans une des plus impassibles Vallée des cloches que j’ai jamais croisées. De quoi rester longtemps immobile devant cette porte entrouverte sur un indicible cauchemar.

LE DISQUE DU JOUR

fugalibera_schubert_eckardstein-300x300Franz Schubert (1797-1827)
Sonate pour piano No. 15
en ut majeur, D. 840

Sonate pour piano No. 19
en la majeur, D. 959

Severin von Eckardstein, piano

Un album du label Fuga Libera FUG563
Acheter l’album sur le site du label Fuga Libera ou sur Amazon.fr

eckardstein volume 13 ruhr coverWolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Concerto pour piano No. 24
en ut mineur, K. 491*

Concerto pour piano No. 25
en ut majeur, K. 503*

Franz Schubert (1797-1828)
Moments musicaux, D. 780, Op. 94
Maurice Ravel (1875-1937)
Miroirs
Maurice Ravel (1875-1937)
Miroirs
Sergei Prokofiev (1891-1953)
Sonate pour piano No. 4 en ut mineur, Op. 29, « D’après de vieux cahiers »

Severin von Eckardstein, piano
*Andrea Lieberknecht, flûte
*Andrej Bielow, violon
*Nicolas Altstaedt, violoncelle

Un album de 2 CD du label Edition Klavier-Festival Ruhr (Vol. 13 : 553064
Acheter l’album sur le site du label Edition Klavier-Festival Ruhr, sur le site www.clicmusique.com

Photo à la une : © Ir¿ne Zandel

Artalinna, la musique, l'art, les bonnes choses