Grand Empereur

La première fois que j’entendis Nicholas Angelich, ce fut pour un Empereur d’autant plus mémorable qu’il y remplaçait in extremis un collègue souffrant. Ce piano ample et sans façon qui envolait les arpèges et faisait tonner les accords était la jubilation même, avec en plus quelque chose d’assez libre dans le trille, une manière de tendre et détendre les phrases qui fait tout le sel du grand Allegro.

Quel plaisir de le retrouver ici toujours aussi altier, déployant son grand geste solaire, et osant des foucades, des libertés dans les nuances, tout un vocabulaire fusant que lui inspire un instrument somptueux : le grand Pleyel de concert en palissandre largement postérieur à l’époque de Beethoven (son numéro de série le date de l’année 1892) est probablement le « Hammerklavier » que rêvait l’auteur de la fameuse sonate. Il est parfaitement accordé au grand geste de l’Empereur, mais aussi à la poésie autrement intime du 4e Concerto. Ecoutez seulement les accords nacrés de l’Andante, où comment l’harmonie peut méditer. Mais alors quel dommage que Laurence Equilbey lui assène des rodomontades de cordes : c’est Osmin, ce n’est plus Pizzaro !

Si son orchestre historiquement informé décape avec un certain art ces deux œuvres majeures du répertoire concertant, elle ne parvient pas à mon sens à entrer dans la poétique que Nicholas Angelich veut insuffler tout au long de ce qui reste à la fin « son » 4e Concerto, intériorisé, quasi philosophique, où passe l’ombre de Claudio Arrau.

Mais ne boudons pas, Angelich est si rare au disque, même s’il aurait pu être mieux entouré (je sais qu’il ne sera pas d’accord), cet album l’impose comme un des grands beethovéniens de l’époque. Ce serait tout de même justice qu’Erato lui demande l’intégrale des Sonates … et les autres Concertos, maintenant qu’un si bel instrument s’est découvert autant d’affinités électives avec l’univers du Maître de Bonn.

LE DISQUE DU JOUR

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Concerto pour piano et orchestre No. 4 en sol majeur, Op. 58
Concerto pour piano et orchestre No. 5 en mi bémol majeur, Op. 73 « L’Empereur »

Nicholas Angelich, piano
Insula Orchestra
Laurence Equilbey, direction

Un album du label Erato 019029563417
Acheter l’album sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : Le pianiste Nicholas Angelich – Photo : © Marc Ribes/Warner Classics

L’art du discours

Le Couperin d’Olivier Fortin ne sera pas celui de tout un chacun. Adieu le faiseur de portraits, le pastelliste des sentiments, vous qui entrez ici, oubliez la Carte du Tendre. D’abord, l’instrument le commande : le fameux « faux » Nicholas Lefebvre inventé de toute pièces en 1984 est une splendeur, mais sévère, et qui joue hautain de timbres, de tons, d’accents. Continue reading L’art du discours

Concerto-monde

Je me souviens encore de mon émerveillement en découvrant adolescent le coffret de deux microsillons His Master’s Voice renfermant ce qui était alors la première version discographique du Concerto pour piano de Ferrucio Busoni, œuvre insaisissable et fantasque qu’emportait avec une rage dionysiaque John Ogdon : un concerto de souffre et d’étoiles où j’entrevoyais des correspondances avec Doktor Faust. Continue reading Concerto-monde

Artalinna, la musique, l'art, les bonnes choses