Tag Archives: Zoltan Kodály

Le violoncelle de la puszta

La vaste Sonate pour violoncelle seul que Zoltán Kodály écrivit pour Jenő Kerpely au cœur de la Grande Guerre aura trouvé son héros avec János Starker. Hongrois comme Kodály, proche du compositeur au Conservatoire de Budapest, il savait comme aucun autre (sinon Pierre Fournier dont l’approche était aux antipodes, lui qui y voyait d’abord l’ombre de Bach) en faire sonner les musiques populaires.

István Várdai est absolument dans sa filiation, virtuose comme lui dans l’expression d’un certain folklore plus imaginaire qu’en aucune autre œuvre du compositeur d’Háry János, mais virtuose d’abord par la parfaite réalisation de tout ce que Kodály sollicite du violoncelle qui ne soit pas de son emploi naturel : il veut que l’instrument évoque le cymbalum ou les orchestres itinérants des verbunkos, mais aussi les musiques des tziganes qui hantent la puszta, cette steppe des plaines hongroises ; il sait en tirer des effets de percussion que les compositeurs du XXe siècle pilleront sans vergogne.

Mais il y a plus dans le jeu d’István Várdai, violoncelliste majeur de la jeune génération : la souplesse agogique, un archet fluide au possible qui laisse apercevoir les grandes structures d’une œuvre où fatalement le souvenir des Suites de Bach doit paraître, mais avec une certaine discrétion.

Le disque y ajoute tout ce que Kodály aura composé pour le violoncelle, Klara Würtz y mettant son piano narratif, si plein de timbres, idéale pour la très jolie Sonate Op. 4 si pleine de fantaisie, assez debussyste. Qui la jouait avec autant de finesse, en étant si bien pris dans les timbres du piano ? Miklós Perényi, avec Zoltán Kocsis. C’est dire !

LE DISQUE DU JOUR

Zoltán Kodály (1882-1967)
Sonate pour violoncelle seul en si mineur, Op. 8
Sonatine pour violoncelle et piano
Capriccio pour violoncelle seul
Adagio pour violoncelle et piano
Sonate, Op. 4

István Várdai, violoncelle
Klara Würtz, mezzo-soprano

Un album du label Brilliant Classics 95574
Acheter l’album sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR

L’Archet foudre

« André Navarra, le seul violoncelliste qui ne m’ait jamais demandé de faire jour mon orchestre plus doucement », s’exclamait un jour Georges Sébastian lorsqu’il évoquait son interprétation du Concerto de Lalo. Le son si précis, si dense Continue reading L’Archet foudre

Bartók turque

Ulvi Cemal Erkin (1906-1972), vous connaissez ? Fut un temps où son œuvre la plus célèbre, Köçekçe une rhapsodie de danses que Kodály n’eut pas désavouée, courait le répertoire des orchestres : la Turquie était encore kémaliste et aspirait Continue reading Bartók turque

Le testament d’Andor Foldes

Qui se souvient des Bartók d’Andor Foldes (ndlr, originellement Andor Földes) ? Deutsche Grammophon avait réédité en série Dokumente un seul CD sélectionnant parmi les 5 microsillons du coffret originel quelques œuvres phares du clavier de Bartók : En plein air, la Sonate, l’Allegro barbaro, la Suite Op. 14, Continue reading Le testament d’Andor Foldes