Archives par mot-clé : Benjamin Britten

Anatomie d’un génie

Lorsque à l’hiver 19711972, Paavo Berglund prit la direction musicale de l’Orchestre Symphonique de Bournemouth, l’objet de son art était déjà Sibelius, au disque même : en 1968, avec sa formation de la Radio finlandaise Continuer la lecture de Anatomie d’un génie

Requiem pour aujourd’hui

En janvier 1963, Benjamin Britten enregistrait au Kingsway Hall, chœurs au balcon, sous le regard bienveillant mais implacable de John Culshaw, ce War Requiem qui signait l’entrée du compositeur de Peter Grimes dans l’ultime période de son univers créatif Continuer la lecture de Requiem pour aujourd’hui

Tombeau de Dorian II

Pour Dorian, son fils chéri, disparu au printemps 2022, Pieter Wispelwey avait assemblé un premier hommage avec des gravures qu’il avait peut-être pu entendre.

Cette fois le tombeau est réel. Retournant au studio d’enregistrement en décembre 2022, Pieter Wispelwey y sera seul avec son violoncelle, tête à tête où inévitablement la présence de Dorian l’accompagne, 5e Suite de Bach ourlée d’une nostalgie qui se heurte au ton ardent de l’œuvre, Troisième Suite de Britten dont l’immense Passacaille est un tombeau en soi, et puis la grande méditation de la Sonate de Kodály. Un ajout majeur à la discographie du violoncelliste.

Cette célébration hautaine capture l’âme d’un musicien qui aura réinventé tout le répertoire de son instrument.

LE DISQUE DU JOUR

In Memoriam II
The Scordatura Album

Zoltán Kodály (1882-1967)
Sonate pour violoncelle seul, Op. 8
Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Suite pour violoncelle seul
No. 5 en ut mineur,
BWV 1011

Benjamin Britten (1913-1976)
Suite pour violoncelle seul No. 3, Op. 87 (extrait : IX. Passacaglia)

Pieter Wispelwey, violoncelle

Un album du label Evil Penguin Records EPRC0056
Acheter l’album sur le site du label Evil Penguin Records, sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr ― Télécharger ou écouter l’album en haute-d finition sur Qobuz.com

Photo à la une : le violoncelliste Pieter Wispelwey –
Photo : © Caroline Sikkink