Tag Archives: Ivan Fischer

Nuit solaire

Une discrète pastille au dos du disque indique Mahler Edition Vol. 1. Adam Fischer va donc enregistrer les Symphonies de Mahler avec les Düsseldorfer Symphoniker.

Dans la note d’intention qui accompagne ce premier volume, le frère ainé d’Ivan Fischer, lui-même mahlérien aguerri, indique en préambule « Je suis enchanté de jouer et d’enregistrer l’intégralité des Symphonies de Mahler avec les Düsseldorfer Symphoniker. Nous espérons qu’il en résultera quelque chose de particulier, le fruit d’une collaboration qui nous aura mutuellement inspiré. Ce ne sera pas « mon » Mahler , mais « notre Mahler ». Continue reading Nuit solaire

Pour Claudio

Le 20 janvier 2014, Claudio Abbado s’éteignait à Bologne. L’onde de choc qui parcourut le monde musical ne s’est pas encore dissipée, la preuve : Iván Fischer rend explicitement hommage à celui qui fut son ami en publiant aujourd’hui sa version de la 9e Symphonie de Gustav Mahler enregistrée le 30 novembre et les 1er et 2 décembre 2013.

Réponse évidente au concert donné par Abbado avec l’Orchestre du Festival de Lucerne à l’été 2010 et qui constitua son réel ultima verba artistique, même si d’autres concerts ont suivi.

Une copie ? Non, mais comment ne pas noter la proximité des conceptions musicales – orchestre allégé et pourtant profond, symphonie de timbres regardant sans ambigüité vers la Seconde École de Vienne (le concertato de la flûte et du cor à la fin de l’Andante comodo semble écrit par Webern, comme jadis dans l’enregistrement d’Otto Klemperer avec le Philharmonia Orchestra), discours serein dans les deux mouvements externes qui triomphent chacun d’une façon différente de la mort, et surtout cette même grammaire fluide, qui cherche la ligne de fuite, ouvre le cadre.

Avec une différence notoire dans les deux Scherzo. Abbado les dirigeait toujours sur les pointes, élégants, épurés, formels, Iván Fischer s’y montre ironique, coupant, mordant, avec cette pointe de fantaisie qui produit une kyrielle d’accents inventifs dans la guirlande de Ländler, et soudain, cette violence noire pour le Rondo, où un violon quasiment tzigane emporte tout l’orchestre dans une éreintante danse des morts. Question de culture : l’art d’Iván Fischer est immergé dans cette Mitteleuropa de culture judaïque, il se saisit du propos de Mahler, l’incarne in extenso. Je n’avais pas entendu une telle ironie depuis la gravure plus sèche de Karel Ancerl.

Mais pour les ultimes pages de l’Adagio, où la musique se fait silence, Fischer rejoint la pureté du geste d’Abbado, qui disait y entendre le son que fait la neige tombant sur la neige.

Ce disque me laisse sans voix. Écoutez-le.

LE DISQUE DU JOUR

cover mahler 9 fischer channel
Gustav Mahler (1860-1911)
Symphonie n° 9 en ré majeur

Orchestre du Festival de Budapest
Iván Fischer, direction

Un album du label Channel Classics CCS SA36115
Acheter l’album sur Amazon.fr – Télécharger l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : (c) DR