Tag Archives: Robert Schumann

L’Ouverture perdue

On croyait cette captation de l’Ouverture de Manfred perdue, la voici enfin retrouvée, prélude enfiévré à ce concert lucernois dont le reste du programme était bien connu et fut parfois édité. Les zélateurs de Furtwängler auront souligné à juste titre l’éloquence de cette soirée du 26 août 1953 où le chef allemand renouait avec les fulgurances de ses concerts de l’entre-deux guerres, et en effet toute une certaine radicalité de son art y paraît, qui veut produire à chaque instant une émotion irrépressible quitte à brusquer les textes.

Sommet du concert, une Eroica à tomber, violente, âpre, emmenée avec un panache fou dès les premières mesures de l’Allegro con brio. Elle culmine dans une Marche funèbre terrible de noirceur et un Finale construit comme un inexorable crescendo, cravaché, tout en élan. La 4e Symphonie de Schumann n’est pas en reste, si affirmée dans ses cadences, si rythmée au point que le chant s’inféode toujours à cette battue qui ne laisse rien dans l’ombre tout en suggérant des paysages aux arrière-plans complexes : Furtwängler entendait mieux que beaucoup d’autres les subtilités si particulières de l’orchestre du compositeur de Genoveva (seul Hermann Abendroth l’égalait ici). Le pont entre les deux derniers mouvements reste toujours aussi surprenant, jumeau de celui capté au studio par Deutsche Grammophon.

Si ce concert splendide est resté en marge de la discographie, c’est qu’on aura reproché au Schweizerisches Festspielorchester (aujourd’hui l’Orchestre du Festival de Lucerne), tout emmené qu’il fut ici par Michel Schwalbé, ne pouvoir prétendre à la cohésion des Berlinois ou des Viennois.

Mais l’édition restitue enfin les bandes originales et leur acuité sonore change radicalement la donne, débarrassant des scories des copies précédentes la sonorité si puissante d’une formation qui fait corps avec la battue si mobile de Furtwängler, au point que plus d’une fois cette adéquation semble proche d’un certain idéal.

LE DISQUE DU JOUR

Robert Schumann (1810-1856)
Manfred, Op. 115 – Ouverture
Symphonie No. 4 en ré mineur, Op. 120
Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Symphonie No. 3 en mi bémol majeur, Op. 55 “Eroica”

Schweizerisches Festspielorchester
Wilhelm Furtwängler, direction

Un album de 2 SACD du label Audite 23441
Acheter l’album sur le site du label Audite, sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : Wilhelm Furtwängler, dirigeant les Wiener Philharmoniker – Photo : © DR

Le chaînon manquant

« Spohr est un mollusque, mais un noble mollusque », raillait Schumann, portrait du compositeur autant que de sa musique. Un autre jugement ? Beethoven trouvait l’harmonie de ses symphonies trop encombrée de chromatismes.

Injustices ! Si Spohr resta jusqu’en ses ultimes opus un classique vivifié par le premier Romantisme, celui de Weber Continue reading Le chaînon manquant

La voix du rêve

Sena Jurinac fut d’abord de fabuleux personnages d’opéra, de Chérubin à Desdemona en passant par Fordiligi ou La Maréchale même si elle restera toujours pour moi Cherubino. Si vivante en scène, avec ce chant où les mots sont toujours à fleur de lèvres, même lorsqu’elle s’adonnait au récital de lieder.

Le disque n’a guère documenté cette part de son art ; en son glorieux automne, BASF lui offrira tout un récital Brahms dont l’élan restait magnifique, Fritz Busch lui fera enregistrer très tôt les Vier letzte Lieder, version où même le soleil a des ombres, inoubliable, mais la perle absolue est ce doublé Schumann pour les micros de Westminster en juin 1954.

Le piano modeste de Franz Holetschek s’accorde au fond parfaitement à l’humilité de ce Frauenliebe und -leben qui n’est qu’une prière fervente, moins peut-être au ton visionnaire, au théâtre qu’elle convoque dans le Liederkreis Op. 39, cette Lorelei, ce Clair de lune ne s’oublient plus une fois entendus, perfection du mot dans la note, transparence de l’émotion, et cette voix du bon Dieu, si longue dans son ambre.

Retrouver tout cela, réédité avec art d’après un très bon microsillon – le tirage du disque Westminster qui ajoutait les magies du Tramonto respighien ne s’est que très fugitivement trouvé et sonnait un rien sec (bien que disponible maintenant au téléchargement) – est une aubaine. Si vous ne connaissez pas ce diamant, courrez-y !

LE DISQUE DU JOUR

Robert Schumann (1810-1856)
Frauenliebe und -leben, Op. 42
Liederkreis, Op. 39

Sena Jurinac, soprano
Franz Holetschek, piano

Un album du label Hännssler/Profil PH17042
Acheter l’album sur le site www.uvmdistribution.com, ou sur Amazon.fr

Photo à la une : © DR

La classique des romantiques

On ne se figure plus aujourd’hui la beauté de cinéma que fut Moura Lympany dans sa vingtaine, alors qu’elle travaillait avec Matthay, fréquentait la gentry de Piccadilly, enchantait les mélomanes par des récitals savants et subtils Continue reading La classique des romantiques