Tag Archives: Moments musicaux

Miroirs

La belle idée : mettre en regard deux compositeurs du passé avec deux maîtres du XXe siècle qui auront reconnu leurs œuvres dans les leurs.

Les deux confrontations sont également fascinantes : les brèves fantaisies solaires de Scarlatti s’atomisent dans les diffractions lumineuses des Encores de Berio, les unes comme les autres faisant assaut de poésie avec une touche d’étrangeté qu’Andrea Lucchesini dose en magicien. Quel pianiste !, qui aura trop longtemps été absent au disque, et est resté fidèle à ses exigences intellectuelles.

Aussi réussi que soit le doublé Scarlatti/Berio, il n’est au fond qu’un divertissement, alors que la confrontation entre les Moments musicaux de Schubert et Idyll and Abyss de Jörg Widmann se nourrit à deux cahiers essentiels de la littérature pianistique, deux cycles que tout rapproche.

Impossible de ne pas céder devant cette correspondance qui célèbre de flagrantes affinités électives, impossible surtout de ne pas s’apercevoir qu’on tient là une des plus belles versions des Moments musicaux. Qui les faisait si lyriques, si intenses ? Vladimir Sofronitzky

LE DISQUE DU JOUR

Domenico Scarlatti
(1685-1757)
Sonate en fa majeur, K. 491
Sonate en sol majeur, K. 454
Sonate en fa mineur, K. 239
Sonate en fa mineur, K. 466
Sonate en la majeur, K. 342
Sonate en sol majeur, K. 146
Luciano Berio (1925-2003)
6 Encores pour piano
Franz Schubert (1797-1828)
6 Moments musicaux, Op. 94, D. 780
Jörg Widmann (né en 1973)
Idyll and Abyss – 6 Réminiscences de Schubert

Andrea Lucchesini, piano

Un album du label Audite 97704
Acheter l’album sur le site du label Audite, sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR

Le piano de Jean-Philippe

Tout jeune homme, déjà si grand, si fin, avec ce visage encore enfantin, Jean-Philippe Collard balançait entre deux mondes pour ses premiers microsillons EMI, débuts en fanfare avec deux cycles majeurs et contrastés Continue reading Le piano de Jean-Philippe

L’adieu aux charmes

Severin von Eckardstein énonce le thème du Moderato de la Reliquie presque factuellement, droit en quelque sorte, sans lui prêter ce caractère d’interrogation que tant suggèrent. C’est qu’il entend déjà l’impérieux crescendo qui suit, ce ton héroïque, dressé, ardent, si proche des déclamations de la Wanderer-Fantasie. Beethoven est derrière ce Schubert clair mais ardent, qui ne s’épanche pas, mais avance, impérieux, hautain, réglant avec une science insensée les équilibres d’une harmonie qui fait chanter tout le piano comme une vaste lyre.

Pour la Reliquie, cette épure prend un ton d’évidence. Mais pour la sombre D. 959 ? Allez directement à l’Andantino, exactement andantino, quasi aussi rapide que celui mythique d’Andor Foldes (EMI). Mais lorsque le thème revient piano, cette main gauche qui module, ombre tragique sans que rien de pathétique n’y participe, puis plus loin les accents cassés des accords de la main droite, si ce n’est pas comprendre tout de Schubert ! Et lorsque la tempête paraît à la fin du mouvement, un Dieu monstrueux la fait souffler, froide, glacée, comme une vision de Winterreise.

Ce disque radical est bien à l’image d’un pianiste à part, résolument à l’écart, c’est certainement l’un de ses plus absolument grands, et il faut bien avouer que la presse s’est empressé de s’y montrer indifférente. Mais le retrouvant sur les conseils de Pierre-Yves Lascar, je comprenais soudain ce qui m’avait tant surpris à l’écoute des Moments musicaux donnés en concert durant l’édition 2006 du Klavier-Festival Ruhr : cette nudité du son, ce refus du charme, cette route droite, implacable, cette solitude des mélodies, c’est l’essence même de Schubert.

Au moins le festival allemand aura consacré un double album à ce pianiste trop rare au disque, au répertoire toujours surprenant. Voyez un peu : deux Concertos de Mozart mais dans l’arrangement d’Hummel pour quatuor avec piano (la flûte d’Andrea Lieberknecht, le violon d’Andrej Bielow, le violoncelle de Nicolas Altstaedt), la 4e Sonate de Prokofiev jouée avec une fantaisie triste déconcertante.

Mais tout cela s’efface devant des Miroirs de Maurice Ravel étrangement distanciés, joués avec une sorte de froideur terrible, comme épurés eux aussi. Dans ses paysages où les oiseaux ne sont pas seuls à être tristes, un personnage chemine, qui finira englouti dans une des plus impassibles Vallée des cloches que j’ai jamais croisées. De quoi rester longtemps immobile devant cette porte entrouverte sur un indicible cauchemar.

LE DISQUE DU JOUR

fugalibera_schubert_eckardstein-300x300Franz Schubert (1797-1827)
Sonate pour piano No. 15
en ut majeur, D. 840

Sonate pour piano No. 19
en la majeur, D. 959

Severin von Eckardstein, piano

Un album du label Fuga Libera FUG563
Acheter l’album sur le site du label Fuga Libera ou sur Amazon.fr

eckardstein volume 13 ruhr coverWolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Concerto pour piano No. 24
en ut mineur, K. 491*

Concerto pour piano No. 25
en ut majeur, K. 503*

Franz Schubert (1797-1828)
Moments musicaux, D. 780, Op. 94
Maurice Ravel (1875-1937)
Miroirs
Maurice Ravel (1875-1937)
Miroirs
Sergei Prokofiev (1891-1953)
Sonate pour piano No. 4 en ut mineur, Op. 29, « D’après de vieux cahiers »

Severin von Eckardstein, piano
*Andrea Lieberknecht, flûte
*Andrej Bielow, violon
*Nicolas Altstaedt, violoncelle

Un album de 2 CD du label Edition Klavier-Festival Ruhr (Vol. 13 : 553064
Acheter l’album sur le site du label Edition Klavier-Festival Ruhr, sur le site www.clicmusique.com

Photo à la une : © Ir¿ne Zandel