Tag Archives: Michael Korstick

Vingt-quatre études

Arrivé juste à temps pour le centenaire, ce disque des Etudes parachève l’intégrale du piano de Debussy selon Michael Korstick. Grand clavier, touché fauviste aux couleurs pleines d’un automne éclatant, texte éclairé comme sous le ciseau d’un sculpteur, tout ici respire le chef-d’œuvre.

Debussy y radicalise sa grammaire, Michael Korstick, tout en jouant parfois ces Etudes dans leur premier degré d’exercice, fait flamboyer le manifeste moderniste qu’elles incarnent. Le secret de ce double sens paraît lorsque que ce piano est le moins expansif : l’Etude pour les sixtes, sorte de Canope hiératique, vous transporte sous d’autres latitudes, l’obsessif battement de Pour les sonorités opposées n’aura jamais exposé à ce point son complexe labyrinthe où les sonneries d’un clairon fantôme résonnent, échos du carnage. Inutile de le souligner, les Etudes les plus extraverties sont emmenées dans un geste éclatant, et même la redoutable Pour les accords éclate, virtuose, inextinguible toccata.

Logiquement, la solaire Etude retrouvée avec son faune qui rit dans le vent, s’ajoute au cahier, mais aussi le triptyque que forment Masques, D’un cahier d’esquisses et L’isle joyeuse, poèmes de palette brossée d’un pinceau ardent. Coda avec, réunis en diptyque, l’envoûtant Nocturne et aérienne, persiffleuse, la Tarentelle styrienne, histoire de conclure l’intégrale en lumière. Maintenant, il faudrait que Michael Korstick se trouve un comparse pour En blanc et noir et Lindaraja, mais aussi qu’il songe sérieusement à graver tout le piano d’Emmanuel Chabrier et celui de Maurice Ravel.

C’est un tout autre monde que nous révèle Elodie Vignon, entrant si jeune dans les deux cahiers des Etudes. Lignes claires, piano miroir, toucher fuligineux qui suggère, non plus ce Debussy tourné vers l’avenir, mais comme les ultimes repentirs d’un art qui semble revenir en lui-même, fuyant les horreurs du temps. Tout ce qui se concentre de poésie, toute une certaine tristesse d’un monde qui finit émane de ce clavier subtilement composé, pas si loin de celui qu’y déployait Marie Vermeulin ou que pourrait en tirer aujourd’hui Julien Libeer, clair, si clair que même les ombres sont en lumière.

Lecture univoque et pourtant mystérieuse, qui n’achoppe que sur l’impossible Pour les accords, pris prudemment, mais porté à son crescendo avec science. Le disque se complète avec les fantaisies poétiques déduites par Lucien Noullez des douze Etudes, dites avec tendresse et précision par Clara Inglese, paraphrases subtiles, élégantes, comme les musiques qui les ont inspirées.

LE DISQUE DU JOUR

Claude Debussy (1862-1918)
L’Œuvre pour piano, Vol. 5

12 Études, L. 136, Livres I & II
Étude retrouvée
Masques, L. 105
D’un cahier d’esquisses, L. 99
L’Isle joyeuse, L. 106
Nocturne, L. 82
Danse, L. 69 « Tarantelle styrienne »

Michael Korstick, piano

Un album du label SWR Music SWR19044CD
Acheter l’album sur le site du label SWR Music ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute qualité sonore sur Qobuz.com

Claude Debussy (1862-1918)
12 Études, L. 136, Livres I & II

Elodie Vignon, piano

Un album du label Cyprès CYP1678
Acheter l’album sur le site du label Cyprès ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute qualité sonore sur Qobuz.com

Photo à la une : Nicholas Roerich, Mohammed the Prophet (1925) – Photo : © DR

T.A.I.

Paul Badura-Skoda et Jörg Demus l’auront accompagné tout au long d’une vaste anthologie des Sonates de Mozart passées inaperçue du moins en France : violon ample, archet subtil, quelque chose d’un jeu un rien à l’ancienne mettait immédiatement sa sonorité à part dans le brillant concert des virtuoses de sa génération. Continue reading T.A.I.