Tag Archives: Isang Enders

Myrthes, roses, et cendres

Le plus secret de Schumann n’est pas dans ses Chants de l’aube, opus ultimes où j’ai le sentiment que Caspar David Friedrich est venu écrire les notes avec son pinceau ; non Continue reading Myrthes, roses, et cendres

D’un Gagliano l’autre

Quel étrange souhait venant de la part d’un éditeur aussi artiste que Supraphon : Saša Večtomov s’était fait depuis vingt ans une sacrée réputation à Prague en interprétant chaque année les Suites de Bach. Son père, premier violoncelle de la Philharmonie Tchèque Continue reading D’un Gagliano l’autre