Tag Archives: Concerto pour piano No. 2

Concerto-Tempête

Le plus redoutable des concertos du grand répertoire ? En tous cas, le Deuxième de Brahms n’effraie pas Nelson Goerner pour ce qui est des doigts – il les faut quasi aussi endurants que pour le Premier – comme pour la conception, si difficile : ces quatre mouvements qui sont quatre ballades font preuve d’une liberté d’invention, déploient un discours complexe, et explorent à chaque fois des univers différents. Au cœur, cet Andante intemporel où chante d’abord le violoncelle (et pris ici absolument andante, ce qui signifie “allant”).

Geste droit, piano tenu mais sonore, phrasés taillés aux ciseaux, Goerner affronte l’écriture de Brahms sans souci de briller, il en assume le ton sombre, la profusion du jeu d’accords, les trilles de trompettes avec une concentration qui transfigure sa sonorité en général plutôt fermée.

Dans le plus sombre de son clavier, une lumière s’instille, dorant les harmonies graves dont Brahms fait son miel. Très belle version, singulière, qui s’inscrit parmi les meilleures, mais qu’il faudra aborder en la sachant tendue, intense, sans les effets de pastorale que tant de pianistes y auront sollicités, comme si justement les tempêtes du Premier Concerto se prolongeaient ici, j’espère bien qu’il l’enregistrera avec les mêmes partenaires.

Car l’Orchestre Symphonique de la NHK de Tokyo et Tadaaki Otaka participent au premier chef à la réussite de l’album, mariant intimement leur discours et leurs timbres avec ce clavier entêté, lui dessinant des paysages tempétueux (écoutez le decrescendo avant la coda de l’Allegro non troppo), ouvrant grands les espaces de cette symphonie avec piano.

LE DISQUE DU JOUR

Johannes Brahms (1833-1897)
Concerto pour piano et orchestre No. 2 en si bémol majeur, Op. 83

Nelson Goerner, piano
NHK Symphony Orchestra, Tokyo
Tadaaki Otaka, direction

Un album du label Alpha Classics 395
Acheter l’album sur le site du label Alpha Classics ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR

Pour l’amour de Saint-Saëns

Nelson Freire n’a pas enregistré officiellement le 2e Concerto de Camille Saint-Saëns, partition qu’il défend depuis longtemps, y mettant son clavier large et chantant, mais aussi un style classique, un pianisme suprêmement élégant où s’évoque le souvenir de Cortot. VAI avait révélé un film de la Radio Suisse Italienne où sous la baguette avisée de David Shallon, on le voyait magnifiant l’écriture de cette œuvre qui commence chez Bach et finit chez Offenbach, l’unifiant, lui ôtant toute bizarrerie.

Idem dans cette bande du RIAS, captation somptueuse datée du 16 mars 1986, dont Ádám Fischer enlève d’un geste un orchestre bien plus brillant que celui dont usait Shallon, donnant des ailes à son pianiste qui fait sonner l’écriture de Saint-Saëns en la délivrant d’un certain « jeu français ».

C’est assez imparable, constitue un ajout essentiel à la discographie trop modeste de ce génie du piano, tout comme les pièces enregistrées dans une très probe monophonie en 1966 – il avait vingt-deux ans – qui montrent déjà son art de timbrer, la logique de son discours, un charme inné dans les Grieg qu’il corsette pourtant tel un esthète, un sens du tragique mais tenu dans une Deuxième Polonaise de Liszt que Claudio Arrau n’aurait pas démenti. Quel style, quelle éloquence sans appui !

Feu d’artifice au final avec deux Rhapsodies hongroises jouées dans toute la profondeur du clavier, cambrées, cabrées, magiques là encore par le goût absolu, la digitalisé souveraine et cette indolence dans les pires folies techniques qui laissent tout chanter et résonner. Album à thésauriser, mais pourquoi l’éditeur a-t-il laissé de côté les autres pièces de ce récital radiophonique du 2 juin 1966 ? Mystère qui veut être éclairci.

LE DISQUE DU JOUR

Camille Saint-Saëns (1835-1921)
Concerto pour piano et orchestre No. 2 en sol mineur, Op. 22
Edvard Grieg (1843-1907)
6 Pièces lyriques, Cahier No. 3, Op. 43 (2 extraits : II. Ensom vandrer, IV. Liten fugl)
8 Pièces lyriques, Cahier No. 1, Op. 12 (2 extraits : V. Folkevise, VI. Norsk)
6 Pièces lyriques, Cahier No. 5, Op. 54 (1 extrait : I. Gjetergutt)
Franz Liszt (1811-1886)
Rhapsodie No. 5 en mi mineur, S. 244/5 « Héroïde-élégiaque »
Rhapsodie No. 10 en mi majeur, S. 244/10 « Prélude »
Polonaise No. 2 en mi majeur, S. 223

Nelson Freire, piano
Radio-Symphonie-Orchester Berlin
Ádám Fischer, direction

Un album du label Audite 95742
Acheter l’album sur le site du label Audite, sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR

Bruxelles 2003

Le Concours Reine Elisabeth fut traversé cette année là par un dilemme cornélien. Un jeune chinois de seize ans, Wen-Yu Shen mettait à genoux le public et le jury par son interprétation si subtilement lyrique du Troisième Concerto de Rachmaninov. Grand son, mais sans ostentation, legato stupéfiant, Continue reading Bruxelles 2003