Se souvenir de Fou Ts’ong

Lorsque l’Institut Chopin de Varsovie songea à enregistrer les œuvres du compositeur de la Polonaise “Héroïque” sur des pianos historiques, les directeurs de l’institution sollicitèrent Fou Ts’ong. Il fallait bien des connaisseurs aiguisés de la discographie chopinienne pour se souvenir que ce pianiste trop discret avait signé pour Sony une anthologie où la poésie le disputait à la grâce. Mais Fou Ts’ong voudrait-il se risquer à toucher cet Erard sorti des ateliers du facteur parisien en 1849, l’année même de la mort de Chopin ?

L’intéressé répondit du tac au tac oui, à condition que ce fut un disque de Mazurkas, dont l’ordonnancement serait laissé à sa fantaisie. Après tout, ce sont ses interprétations des Mazurkas qui lui avaient valu en 1955 de remporter le Troisième Prix du Concours Chopin.

Du 14 au 17 mars 2005, il confia au micro seize Mazurkas qui semblent comme improvisées, mais l’ordonnancement qu’il en propose, les enchaînements de tonalités, les rapports de couleurs et d’humeurs font un voyage dans l’âme de Chopin. Vocales, chantées plutôt que dansées, avec un éventail de coloris et d’émotions qui dépasse la simple science pianistique, elles résument à la fois l’art du compositeur et celui du pianiste, avec une touche lyrique singulière que seul Iddo Bar-Shai a pu retrouver dans la jeune génération.

L’art de Fou Ts’ong, emporté par la pandémie, nous reste tout entier enclos dans ce disque miraculeux qui fut l’amorce d’un projet que l’éditeur a depuis mené à son terme : tout le piano de Chopin, enregistré sur des instruments qu’il aurait pu toucher.

LE DISQUE DU JOUR

Frédéric Chopin (1810-1849)
16 Mazurkas

Fou Ts’ong, piano (Érard 1849)

Un album du label de l’Institut Frédéric Chopin de Varsovie NIFCCDO1
Acheter l’album sur Amazon.fr

Photo à la une : le pianiste chinois Fou Ts’ong, au début des années 1960 – Photo : © DR