Tag Archives: Karol Szymanowski

La Guerre et après

Réunir sur un même disque le Premier Concerto (1916) de Karol Szymanowski (où le violon se prend pour une cantatrice, le légendaire cantabile de Pavel Kochanski aidant) et la Symphonie Lyrique à laquelle Alexander von Zemlinsky mit sa dernière touche durant l’été 1923, c’est souligner la sensualité panthéiste qui réunit deux œuvres comme indifférentes aux charniers de la Grande Guerre. Continue reading La Guerre et après

Paris-New York

Un mystère … alors que les violonistes de la jeune génération se sont appropriés les concertos de Korngold, de Hartmann, de Szymanowski, les deux grands opus que leur consacra Bohuslav Martinů demeurent peux courus. Lorenzo Gatto Continue reading Paris-New York

Jeune Pologne

Le couplage est inédit, mais d’une logique imparable, et évident musicalement : le grand Concerto pour violon que Mieczysław Karłowicz écrivit en 1902, et par lequel il sacrait dans un opus flamboyant la tradition romantique, permit à Szymanowski de rompre les amarres Continue reading Jeune Pologne

Correspondances

La belle idée, et qui ne s’est guère courue au disque ; mettre en regard Debussy et Szymanowski avec le prétexte des Masques de chacun. Ceux de Debussy viennent de Fragonard, de Watteau mais aussi d’un certaine Italie, ils ont un ton de fêtes galantes, des ivresses de carnaval ; ceux de Szymanowski sont des portrait voluptueux ou cruels où le compositeur d’Harnasie raffine son écriture de clavier jusqu’à la rendre impossible : on y trouve certaines des choses les plus difficiles à jouer mais aussi à comprendre du répertoire pianistique du XXe siècle, Sviatoslav Richter en était fasciné, y voyait des correspondances avec le Ravel des Miroirs et de Gaspard de la nuit.

Cathy Krier les joue à la pointe sèche éclairant les rythmes complexes, les harmonies astringentes, mais elle parvient aussi à faire paraître des personnages : on voit Shéhérazade (un peu Lorelei quand même, on perçoit en effet le parallèle possible entre Tantris et Alborada (ils sont strictement contemporains), et la Sérénade de Don Juan est emmenée avec aplomb. Quelle pianiste que cette jeune femme qui n’a peur de rien et compose toujours ses disques avec une telle acuité.

Même si j’aurais bien suivi Richter dans son idée de confronter le Polonais avec le Basque, je me laisse emporter par les deux Livres d’Images tels qu’elle les anime, clavier léger ou tout se reflète, éminemment debussyste même dans ces transparences qui font tout entendre sans que le mystère ne se dissolve. Et pour Masques, c’est l’ivresse pure et avec un chic !

Osera-t-elle le face-à-face des Miroirs et des Métopes ?

LE DISQUE DU JOUR

Claude Debussy (1862-1918)
Images, Livre I, L. 110
Images, Livre II, L. 111
Masques, L. 105
Karol Szymanowski
(1882-1937)
Masques, Op. 34

Cathy Krier, piano

Un album du label Cavi-Music LC15080
Acheter l’album sur le site www.clicmusique.com ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR