Tag Archives: Dvorak

Concert Kozena – Schiff à Londres (Wigmore Hall)

Le jeudi 4 février, deuxième de mes journées londoniennes, Magdalena Kožená et András Schiff donnaient un récital au Wigmore Hall.

Très beau lieu, presque secret, étroit – l’un de ces lieux, aussi, où l’acoustique présente quelques défauts par sa réverbération excessive, qui tend à brouiller les intentions des interprètes. Ce soir-là, les deux musiciens avaient organisé leur programme autour de la mélodie tchèque, celle des Janáček, Dvořák, que la mezzo-soprano a déjà défendue en studio à plusieurs reprises (Songs my mother taught, Love Songs).

L’écoute régulière des derniers albums de la mezzo-soprano (Haendel, Vivaldi), en compagnie du Venice Baroque Orchestra et d’Andrea Marcon, m’a définitivement convaincu de la froideur expressive de ce timbre ambré. La vocalisation toujours parfaite, la maîtrise assez impeccable des registres ne dissimulent pas tout à fait une faible imagination poétique.

Étonnant de voir en effet une cantatrice si peu soucieuse de transmettre les subtilités de sa langue, l’ironie, le sarcasme, la naïveté de ces miniatures littéraires. Magdalena Kožená chante fort, toute engagée dans une déclamation aussi peu nuancée que caractérisée.

Où sont les paysages et les atmosphères ? Peut-on interpréter des mélodies de Janáček sans souligner l’invention perpétuelle de la prosodie et des couleurs ? Peut-on jouir des ballades narratives de Dvořák sans ressentir toute l’ironie tendre qu’y met en réalité le compositeur ?

Bref, un concert légèrement monotone, heureusement sauvé par l’interprétation de Dans les brumes de Janáček par András Schiff, vision à la fois hautaine, implacable et richement colorée.

Photo : (c) DR

Les débuts de Gullberg Jensen avec le LPO (Londres)

En cette mi-février 2009, je prenais le train pour Londres, pour entendre le jour de la Saint-Valentin, un concert du jeune chef d’orchestre norvégien Eivind Gullberg Jensen avec le London Philharmonic Orchestra. C’était la première fois que le chef norvégien venait diriger l’orchestre : Prélude et Mort d’Isolde de Wagner, Deuxième Concerto pour piano de Rachmaninov, puis la Neuvième Symphonie de Dvořák, en cette salle inconfortable du South Bank Centre (Royal Festival Hall).

Il me fut impossible de réellement goûter à Tristan – il faut du temps pour s’accommoder à cette acoustique déplorable, qui ne laisse passer aucun son, qui ne nous permet tout simplement pas de prendre part au discours musical. Très frustrant ! (Je me suis rapproché pour la deuxième partie (le Dvořák, ah…)). Ce ne fut point dramatique pour le Rachmaninov, tellement déstructuré par les incapacités techniques du pianiste, Dominic Piers Smith, qui obligeait le chef à prendre des tempos très lents. Le sentimentalisme, la guimauve n’étaient pas très loin.

La Neuvième Symphonie du compositeur tchèque demeura le moment le plus intéressant de la soirée, même si là l’acoustique freine la réception d’au-moins cinquante pour cent du matériau musical ! Au moins Gullberg Jensen impressionne-t-il par son naturel, sa maîtrise architecturale, sa fermeté rythmique (Allegro final).

Ses nombreux concerts parisiens, notamment avec l’Orchestre de Paris nous ont prouvé combien Eivind Gullberg Jensen était fin musicien. Mais il reste encore peu connu des orchestres (son agenda de concerts le voit surtout en Norvège et en Allemagne). Espérons que nous pourrons l’entendre un jour en tournée avec Paris avec un autre orchestre prestigieux !

LE PROGRAMME DU CONCERT
Richard Wagner (1813-1883)
Prélude et Mort d’Isolde (de « Tristan et Isolde)
Sergei Rachmaninov (1873-1943)
Concerto pour piano No. 2 en ut mineur, Op. 18
Antonín Dvořák (1841-1904)
Symphonie No. 9 en mi mineur “Du Nouveau Monde”, Op. 95

Dominic Piers Smith
London Philharmonic Orchestra
Eivind Gullberg Jensen, direction

Londres, Royal Festival Hall (South Bank Centre),
Mercredi 14 février 2009

Photo : © Mat Hennek