Tag Archives: BIS

Son temps est venu

Robert von Bahr, l’infatigable « patron » de BIS, aura eu a cœur d’enregistrer d’abondance le mince catalogue de Wilhelm Stenhammar, réalisant la première grande anthologie de son œuvre d’orchestre et une intégrale des quatuors. Il initie Continue reading Son temps est venu

Baudelaire

Ceux qui connaissent la petite maison en pierre de tuffeau de Candes-Saint-MartinHenri Dutilleux, assis à sa table de composition, voyait la confluence de la Vienne et de la Loire savent à quel point ce paysage d’eaux mêlées Continue reading Baudelaire

Le violon de Stravinski

Le violon de Stravinski avait un visage, celui de Samuel Dushkin, virtuose polonais qui lui inspira à peu près tout ce qu’il aura écrit pour l’instrument à quatre cordes, mieux il a une identité sonore que l’on peut entendre entre autres dans l’enregistrement légendaire du Concerto qu’il grava Continue reading Le violon de Stravinski

Symphonie suédoise

Sibelius se doutait que la Seconde Symphonie de son ami Wilhelm Stenhammar serait une façon de chef-d’œuvre, et il avait raison. Elle reste probablement la plus belle symphonie née en Suède au cours de la première moitié du XXe siècle, sombre et éclatante à la fois, cherchant par delà Bruckner un lyrisme pastoral Continue reading Symphonie suédoise

Vitrail

La musique de l’œil ! Ottorino Respighi voyait ses instruments en couleurs, son orchestre tel un tableau, impressionniste après les impressionnistes, précisant leurs paysages sans en ôter les atmosphères, simplement le plus génial orchestrateur après Debussy et Rimski-Korsakov, l’égal de Ravel ou de Stravinski.

Les années vingt furent sa décennie dorée, ce que rappelle le somptueux nouvel album que John Neschling et l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, auteurs d’une série Respighi décidément à suivre : la prise de son si réaliste de Martin Nagomi, la direction artistique si précise d’Ingo Petry participent à plein de cette réussite : non seulement, on voit les toile de Botticelli, mais on sent les embruns que le peintre florentin a capturés dans son pinceau, quelle Primavera !

Vous l’aurez compris, le disque s’ouvre sur ce que je considère comme le chef-d’œuvre orchestral de Respighi, ce Trittico botticeliano de 1927, petit orchestre dont le nuancier, la mobilité des traits, la profondeur des couleurs et leurs lumières touchent au sublime, si subtilement animés par la battue attentive de John Neschling.

Le disque se referme sur les Vetrate di Chiesa, jeux de lumières infinis qui se rassérènent dans des tableaux sacrés emplis de modes grégoriens, le moins connu des cahiers orchestraux, et pourtant d’une facture particulièrement subtile. Au centre du disque, une autre merveille, Il tramontoAnna Caterina Antonacci raconte enfin l’histoire que narre le poème de Shelley, y faisant jeu égal avec Sena Jurinac et Janet Baker.

Voilà justement de quoi composer le prochain volume – ce sera le sixième – de cette série inspirée : La Sensitiva, Aretusa, Nebbie attendent le mezzo diseur de la chanteuse italienne.

LE DISQUE DU JOUR

Ottorino Respighi (1879-1936)
Trittico boticelliano, P. 151
Il tramonto, P. 101
Vetrate di Chiesa, P. 150

Anna Caterina Antonacci, soprano
Orchestre Philharmonique Royal de Liège
John Neschling, direction

Un album du label BIS 2250
Acheter l’album sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR