Voyage initiatique

Sont-ce des paysages ou des portraits de voyageur dans des paysages ? Francesco Piemontesi joue la part la plus pure des Années de pèlerinage, l’édénique Suisse, dans une sorte de distance rêvée qui dès Au lac de Wallenstadt semble annoncer les derniers opus de Liszt.

La dimension poétique du cahier est ici poussée jusqu’à une sorte d’intemporel, la Pastorale flirte avec Scarlatti, Les cloches de Genève ont quelque chose de ravélien, histoire de rappeler que dans Liszt, tous les claviers passés s’incarnent mais que ceux du futur s’y devinent aussi.

La beauté plastique du jeu est étourdissante à force de pureté et d’exactitude, avec une économie du jeu de pédale, une science du toucher qui colorent les harmonies, leur donnent une dimension orchestrale et permettent aussi une certaine stylisation comme dans un Orage maîtrisé, alors que tant s’y déboutonnent au point de faire écrouler leurs claviers. Ici on voit l’écharpe de nuage déchirée par le roc de l’aiguille.

Mais c’est la pudeur qui reste le maître-mot de ce grand piano si élégant, si intense, qui phrase dans l’ombre le chant byronien de la Vallée d’Obermann, suggère une danse imaginaire dans l’Eglogue ou questionne l’étrange formule qui ouvre Le mal du pays, vraie question sans réponse.

Admirable disque auquel la caméra de Bruno Monsaingeon apporte l’image, et qui laisse espérer qu’après la part suisse, Franceso Piemontesi nous offre bientôt les deux autres années.

LE DISQUE DU JOUR

Franz Liszt (1811-1886)
Années de pèlerinage I, S. 160 « Suisse »
Saint François de Paule marchant sur les flots, Légende S. 175/2

Francesco Piemontesi, piano

Un album du label Orfeo C9441821
Acheter l’album sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : Le pianiste suisse Francesco Piemontesi – Photo : © Marco Borggreve

Cendrillon de Vienne

Rudolf Lothar le lui avait suggéré : il était temps que le “Roi de la Valse” quittât les salons pour faire danser tout un corps de ballet. De toute façon, ses succès à l’opéra commandaient cette nouvelle conquête. Hanslick l’en pressa, et Mahler, alors directeur de l’Opéra de Vienne assembla un jury pour trouver le meilleur scénariste possible. Kolmann, un gentilhomme de la Cour, remporta la palme : sujet rabâché, Cendrillon. On sait la suite, Johann Strauss marqua peu d’enthousiasme pour ce canevas, sa plume traîna, un premier acte complet, quelques bribes du second, des idées et des esquisses pour l’ensemble notées dans le plus grand désordre, puis la mort qui suspendit tout. Continue reading Cendrillon de Vienne

Bernstein aux Champs-Elysées

De singulières affinités électives unissaient Leonard Bernstein et l’Orchestre National de France : ce coffret bienvenu, qui ajoute aux disques gravés pour EMI France deux concerts captés par les ingénieurs de la Radio, vient utilement le rappeler Continue reading Bernstein aux Champs-Elysées

Le magicien de Montfort

Gramophone vient de lui décerner son prix du meilleur disque orchestral de l’année. Ce Daphnis et Chloé selon Les Siècles est le pénultième volume de la saga que François-Xavier Roth et ses musiciens auront consacré aux Ballets Russes, il m’avait échappé. Continue reading Le magicien de Montfort

Artalinna, la musique, l'art, les bonnes choses