Sterndale Bennett & Schumann, par Hiroaki Takenouchi


The SB Explorations
Sterndale Bennett & Schumann
Hiroaki Takenouchi, piano

Depuis plusieurs années, Hiroaki Takenouchi nourrissait l’envie de défendre la musique d’une personnalité majeure de l’époque romantique, William Sterndale Bennett – un Anglais, pianiste virtuose, né en 1816, considéré à son époque comme l’un des virtuoses les plus captivants, par sa flamboyance et sa science du clavier. Takenouchi choisit ici l’une des partitions les plus incontestablement accomplies de Sterndale Bennett, la Sonate pour piano en fa mineur, Op. 13, dédiée à Felix Mendelssohn-Bartholdy : cette œuvre dévoile un ton de ballade romantique, un caractère fébrile et tempétueux réellement enthousiasmant, à l’instar des grandes partitions de Mendelssohn ou Schumann, duquel Takenouchi propose en complément l’un des chefs-d’œuvre pour piano, les Études symphoniques, de 1834, et dédiées à … William Sterndale Bennett. C’est un jeu de dédicaces réciproques entre ces trois grands noms du romantisme européen que sont Mendelssohn, Schumann et Sterndale Bennett, que révèle ce nouvel album d’Hiroaki Takenouchi chez Artalinna. Le premier volume d’une anthologie double dédiée à Haydn avait été récompensé d’un ffff de Télérama.

LE PROGRAMME

William Sterndale Bennett (1816-1876)
Sonate pour piano en fa mineur, Op. 13
Robert Schumann (1810-1856)
Études symphoniques, Op. 13

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES

Enregistré à St. John the Evangelist, Oxford (Great Britain), 21-23 August 2016.
A 24bit/96,0kHz recording by Frédéric Briant
Notice en anglais, allemand et français
Date de sortie : 28 avril 2017
Un album de la collection « Paesine »

CE QU’EN DIT LA PRESSE

« (…) intelligent programme de ce disque (…) interprète idoine (…) Hiroaki Takenouchi se montre aussi attentif à rendre l’esprit des pièces qu’à rendre justice à la qualité de l’écriture musicale (…) Sonate subjuguante de lyrisme (jusque dans son énergique Scherzo) comme dans les Études symphoniques, enchaînées avec souplesse et brio »
(Sophie Bourdais, Télérama, 20 septembre 2017. Cet album a été récompensé d’un ffff de Télérama)

« [Takenouchi’s] tone is very rich and his legato playing so immaculate that all the melodies contained in the [Sterndale Bennett’s] work seem to beautifully resonate and melt into each other … he utilises his tone palette to the full … manifold colours and countenances … Especially notable are the switches between the light and dark, the multifaceted and brilliant tone colours worthy of the adjective “symphonic”, and the clear insight to develop the subjects freely yet in a controlled manner »
(Record Geijutsu, Août 2017)

« (…) avec le piano dense, brillant et sculptural d’Hiroaki Takenouchi. Ce jeu vigoureux mais jamais agressif met en lumière les rythmes serrés et les éruptions fiévreuses d’une sonate volontaire (…) des lignes de basses qui se distinguent à grands traits et des voix médianes frémissantes sur lesquelles se déploie un chant fervent (…) une version ample et pleine de relief (…) Tant les effets de halo (Étude n°11) que les obstinations portées par des accords massifs (n°7) sont majestueusement rendus, dans un éclat argenté et puissant »
(Jérôme Bastianelli, Diapason, Septembre 2017)

« In Hiroaki Takenouchi’s hands, we see Sterndale Bennett – not as an imitator of the Germanic music of the time, but as a fully-fledged virtuoso and musical inheritor in his own right; changing our preconceptions of early to mid-19th-century England as the “land without music”. The recording on the Artalinna label couples the impressive four-movement sonata with Schumann’s “Symphonic Etudes” – brilliantly played by Takenouchi again.»
(Stuart Millson, www.quarterly-review.org, 9 Juillet 2017)

« Takenouchi handles this with bravura ease and a warm, refined sound (…) The movements which follow are dramatically paced, richly coloured and constantly alert to Schumann’s quirks and emotional volte-faces, from the extrovert to the intimate, and Takenouchi succeeds in managing the piano sound perfectly to achieve this (…) The two works and their composers complement one another wonderfully. Recommended »
(Frances Wilson, crosseyedpianist.com, 20 septembre 2017)

[à propos de Sterndale Bennett] « Le fils spirituel de Mendelssohn ne pouvait trouver d’avocat mieux inspiré pour plaider sa cause. Il faut être un poète pour comprendre la lyrique effusive et pourtant discrète de ces pages admirables où se résume et se sublime tout le premier romantisme pianistique. L’écriture en est savante, l’harmonie très subtile ne se fait entendre que lorsque son interprète la joue à dix doigts et non à deux mains (…) Écoutez seulement le Finale de la Sonate Op. 13 – cet Agitato contenu qui s’enivre d’une mélodie comme tombée du ciel est une merveille, surtout jouée comme cela, avec cette persistance discrète, cette sonorité si imaginative. (…) [à propos de Schumann] Piano ample et profus, mais clair pourtant jusque dans les pages les plus assombries, avec cette contenance, cette noblesse native qui sont la signature d’un musicien admirable, trop discret.»
(Jean-Charles Hoffelé, Discophilia, 19 Juin 2017)

POUR COMMANDER L’ALBUM

CD également en vente sur Amazon.
Disponible également sur toutes les plateformes de téléchargement légal : Qobuz, iTunes, etc…

Artalinna, la musique, l'art, les bonnes choses