Le vrai « Barbiere »

Septembre 1971, le Watford Town Hall de Londres accueille la Scala de Milan pour l’enregistrement d’Il Barbiere di Siviglia. Claudio Abbado ressuscite la version originale de l’opéra – on l’a beaucoup écrit en oubliant que Vittorio Gui l’avait de loin précédé à Glyndebourne -, rendant à Rossini son orchestre léger et melliflu et à Rosina sa vraie tessiture de mezzo.

Merveille dans la merveille, justement la Rosina de la jeune Teresa Berganza, modèle de style, timbre élégant, personnage subtil auquel s’accorde un Hermann Prey absolument fabuleux, distillant dans chaque note de son Figaro ce grand sourire dont son baryton solaire avait le secret. C’est un peu tard pour Luigi Alva, qui peine dans sa cavatine d’entrée, timbre un rien pincé, mais le style compense.

Toute l’équipe est formidable, et fait du Barbiere ce qu’il doit être, une comédie, et non une farce et comme les vraies comédies, Abbado la mène avec une précision horlogère qui rend encore plus savoureux les emballements de l’action et de la musique : écoutez le Finale de l’Acte I. Et quel orage merveilleux, vrai coup de théâtre à l’Acte II.

Le nouveau remastering éclaire encore la légèreté de l’ensemble, l’esprit du tout, et la version Blu-Ray permet d’entendre des détails d’orchestre qui montre à quel point Abbado avait pensé sa lecture.

Deutsche Grammophon ajoute le DVD capturant la mise en scène de Jean-Pierre Ponnelle. Malgré les désavantages du “play-back” (la bande son est enregistrée à Milan un peu moins d’une année avant que le film ne soit réalisé dans l’Atelier Dürer de Salzbourg), malgré les décors et les costumes vieillis, c’est la vie-même que ce quelque chose de daté mais d’intemporel pourtant offre généreusement. La distribution est identique à celle de l’enregistrement discographique.

Réédition somptueuse, de qualité de report, de présentation, de documentation, qui rend justice à ce classique absolu du microsillon.

LE DISQUE DU JOUR

Gioacchino Rossini
(1792-1868)
Il Barbiere di Siviglia

Luigi Alva, ténor (Il Conte Almaviva)
Enzo Dara, basse (Bartolo)
Teresa Berganza, mezzo-soprano (Rosina)
Hermann Prey, baryton (Figaro)
Paolo Montarsolo, basse (Basilio)
Renato Cesari, baryton (Fiorello)
Stefania Malagù, mezzo-soprano (Berta)
Luigi Roni, basse (Un commissaire de police)
Ambrosian Opera Chorus
London Symphony Orchestra
Claudio Abbado, direction

Un livre-disque de 2 CD + 1 DVD/Blu-Ray du label Deutsche Grammophon 4799955
Acheter l’album sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR