Heure lyonnaise

Lorsque Ravel vint surveiller le premier enregistrement de son Heure espagnole, confié en 1929 à la baguette experte de Georges Truc, il fut un rien marri de trouver Jeanne Krieger s’essayant à Concepcion, alors qu’il rêvait de Fanny Heldy qui à l’Opéra Comique avait mené son monde à la cravache et l’œuvre au succès.

Je suis certain qu’il aurait adoré Isabelle Druet : le charme de Denise Duval, le caractère de Jane Berbié, et dans la voix l’énergie dominatrice de Fanny Heldy. Comparer leur « Ah ! la pitoyable aventure » s’avère riche d’enseignements.

Autour de cette incarnation “Grand Teint”, Leonard Slatkin déploie un orchestre somptueux et parfois pas assez leste, mais quels progrès accomplis depuis le premier volume de son intégrale Ravel avec les Lyonnais !

La fine équipe qui entoure cette Concepcion parfaite est tout aussi remarquable : Luca Lombardo, Torquemada moins aveugle qu’à l’habitude, Nicolas Courjal modèle de fatuité pour un Don Inigo Gomez à la basse magnifique, Frédéric Antoun, Gonzalve ardent, tous s’inclinent pourtant devant le Ramiro de Marc Barrard qui aura bien mérité son tour.

Quel plaisir ! Que vient un rien amoindrir un Don Quichotte à DulcinéeFrançois Le Roux expose sa voix désunie. Ah ! si on lui avait préféré Barrard !

LE DISQUE DU JOUR

cover ravel slatkin heure naxosMaurice Ravel (1875-1937)
L’Heure espagnole
Don Quichotte à Dulcinée (François Le Roux, baryton)

Isabelle Druet,
mezzo-soprano (Concepcion)
Marc Barrard,
baryton (Ramiro)
Luca Lombardo,
ténor (Torquemada)
Frédéric Antoun, ténor (Gonzalve)
Nicolas Courjal, basse (Don Inigo Gomez)

Orchestre National de Lyon
Leonard Slatkin, direction

Un album du label Naxos 8660337
Acheter l’album sur Amazon.fr

Photo à la une : © DR