Maître du Lied

Ce n’est pas sans raison que Richard Strauss proclamait son admiration devant les opéras et les Lieder d’Hans Sommer, un maître dans ces deux genres, et particulièrement dans le second où son art inventif, la conduite si singulière de la voix, la versatilité de l’accompagnement pianistique (et sa complexité, qui le rapproche de bien des Lieder d’Hugo Wolf, écoutez sa géniale Lorelei !), produisirent un ensemble de première force resté trop longtemps dans l’ombre.

Même Dietrich Fischer-Dieskau ne fit que l’effleurer alors que son élève Jochen Kupfer, de son admirable baryton sombre, dévoile vingt-cinq merveilles, emplissant de plus d’une heure de découvertes le premier volume d’une intégrale que je n’espérais plus malgré quelques albums monographiques tentées par quelques mezzos courageuses.

Alors, n’hésitez pas à venir vous perdre dans cet univers poétique d’une intensité expressive qui n’a rien à envier à ceux de Brahms ou Pfitzner, la grande voix de Jochen Kupfer et le piano orchestral de Marcelo Amaral sont de merveilleux ambassadeurs.

LE DISQUE DU JOUR

Hans Sommer (1837-1922)
Lied Edition, Vol. 1

8 Lieder, Op. 5 “Minnesang Tannhäuser” (3 extraits : Nos. 4, 5 & 8)
2 Lieder, Op. 22
33 Rattenfängerlieder “Hunold Singuf”, Op. 4 (5 extraits : Nos. 8, 15, 26, 29 & 30)
Letztes Blühen, Op. 30
5 Lieder, Op. 1
Lorelei, Op. 7
4 Lieder, Op. 40

Jochen Kupfer, baryton
Marcelo Amaral, piano

Un album du label Naxos 8.573827
Acheter l’album sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR