Alerte Antal

Wilma Cozart-Fine ne croyait guère à Antal Doráti pour les classiques, qu’il enregistre plutôt Bartók, Schönberg, Copland, Respighi. Elle avait tort, la preuve ici.

Dès 1952, à Minneapolis, une 40e de Mozart vive comme l’éclair, où Chérubin semble chanter hors d’haleine son Non so più dans le Molto allegro, règle la question : Antal Doráti avait, au chapitre Mozart, trois décennies d’avance sur l’interprétation historiquement informée et le remake qu’il fera de la même œuvre pour la stéréophonie à Londres réitérera les même principes, clarté des rythmes, tempos prestes, phrasés courts et vifs. Avec cela une poésie des timbres, une souplesse des contrechants qui approfondissent le paysage.

Tous les Mozart réunis ici – et qui ne se trouvaient pas dans les fortes anthologies Mercury compilées pour le compact disc – sont prodigieux de verve, et d’une fantaisie éclatante lorsque les Marches, Menuets et Danses allemandes paraissent : Doráti s’y régale du gratin des instrumentistes londoniens assemblés dans l’Orchestre du Festival de Bath. Un conseil : écoutez la précision des cordes dans le début de l’Ouverture des Noces de Figaro avec le London Symphony.

Hélas, Doráti n’enregistrera jamais l’intégrale des Symphonies de Mozart, mais dès les années cinquante il gravait celles de Haydn, obtenant de Mercury plusieurs sessions entre Bath et Londres et même à Vienne où déjà en 1958, avec le Philharmonia Hungarica, il enregistrait deux symphonies qu’il ne savait pas encore être les prémices d’une intégrale devenue légendaire.

Style admirable partout, avec ses rythmes joueurs et ses phrasés malicieux, ses grandeurs et ses pieds de nez, Haydn vivant, impertinent, splendide et enregistré comme le cycle de Decca ne le sera jamais à ce point de présence, d’exactitude.

Et bravo à Cyrus Meher-Homji d’avoir osé exhumer les gravures monophoniques, puisse-t-il poursuivre la réédition de cette part essentielle du legs de Doráti, jusqu’alors oublié par le compact disc.

LE DISQUE DU JOUR

Antal Doráti
The Mozart & Haydn Recordings on Mercury Living Presence

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Symphonie No. 40 en sol mineur, K. 550 (2 versions)
Le nozze di Figaro, K. 492 – Ouverture
Lucio Silla, K. 135 – Ouverture
2 Marches, K. 335
Marche en ré majeur, K. 249
Menuet en ut majeur, K. 409
3 Danses allemandes, K. 605
Sérénade en sol majeur, K. 525 “Eine kleine Nachtmusik”
Symphonie No. 36 en ut majeur, K. 425 « Linz »
Franz Joseph Haydn (1732-1809)
Symphonie No. 59 en la majeur, Hob. I:59 “Le Feu”
Symphonie No. 45 en fa dièse mineur, Hob. I:45 “Les Adieux”
Symphonie No. 81 en sol majeur, Hob. I:81
Symphonie No. 94 en sol majeur, Hob. I:94 “Surprise”
Symphonie No. 100 en sol majeur, Hob. I:100 “Militaire”
Symphonie No. 101 en ré majeur, Hob. I:101 “L’Horloge”
Symphonie No. 103 en mi bémol majeur, Hob. I:103 “Roulement de timbales”
Symphonie No. 51 en ré majeur, K. 121 (extrait : III. Allegro)

Minneapolis Symphony Orchestra
London Symphony Orchestra
Bath Festival Chamber Orchestra
Philharmonia Hungarica
Antal Doráti, direction

Un album du label Decca 4840385 (Collection Eloquence Australia)
Acheter l’album sur le site du label Eloquence Australia, sur le site www.ledisquaire.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : le chef d’orchestre Antal Doráti – Photo : © DR