Sopraniste

Sera-ce la nouvelle coqueluche des amoureux des sopranistes : Samuel Mariño ne fait qu’une bouchée des vocalises de l’Alessandro que Haendel écrivit pour Gizziello, mais il sait aussi trouver les extases (avec ornements rossignolesques) que le Caro Sassone écrivit pour le même sopraniste dont le Meleagro d’Atalanta fut le plus bel emploi : ce “Care selve” n’est pas prêt de me quitter la mémoire.

Il faut dire qu’au suraigu la voix est assez divine, et la virtuosité si libre que j’aimerais bien voir ce joli brun avec le croissant de lune de la Reine de la Nuit en coiffe. Mais non, il préfère aux fureurs de la colorature mozartienne, les émotions de Gluck, et là parait la vraie révélation : le récit dramatique de la Berenice d’Antigono est d’un artiste qui doit savoir brûler les planches. Suivent d’autres Gluck aussi rares et en première mondiale un air de Demetrio où le chalumeau est une autre voix, et qui dit assez quel Orfeo il pourrait être : impossible qu’il n’y vienne pas.

Cette voix émouvante, qui cache derrière l’art son phénomène, est d’un poète, qu’elle ait trouvé des partenaires aussi subtils et éloquents que les musiciens du Festival Haendel de Halle ajoute encore au bonheur que procure ce disque.

LE DISQUE DU JOUR

Care pupille
Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
“Che sarà quando amante accarezza”, air extrait de “Berenice, Regina d’Egitto”, HWV 38
3 airs extraits de “Atalanta”, HWV 35 (Care selve, Non sara poco, M’allontano sdegnose pupille)
“Quella fiamma”, air extrait de “Arminio”, HWV 36
Christoph Willibald Gluck (1714-1787)
3 extraits de “Antigono”, Wq. 21 (Berenice, che fai … Perché, se tanti siete, Sinfonia, Già che morir)
“Tornate sereni”, air extrait de “La Sofonisba”, Wq. 5
“Quel chiaro rio”, air extrait de “La corona”, Wq. 35
“Care pupille”, air extrait de “Il tigrane”, Wq. 4

Samuel Mariño, soprano
Händelfestspielorchester Halle
Michael Hofstetter, direction

Un album du label Orfeo C996201
Acheter l’album sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : le sopraniste Samuel Mariño – Photo : © Olivier Allard