Vers l’éternité

Maurice Duruflé pensa ses deux grandes œuvres chorales, la si singulière Messe « Cum Jubilo » écrite en 1966 pour un chœur de barytons, et le Requiem de 1947, dans l’habillage d’un vaste orchestre, mais il rédigea aussi des versions avec le seul orgue, reconduisant ces partitions conquérantes à un cercle plus intime et plus simplement au service liturgique.

Robert Simpson et son chœur de Houston choisissent les versions épurées. Le Requiem y gagne en sérénité, en paroles fusantes, ce qu’il perd en puissance, en terreur, on l’entend différemment tant la spiritualité prend le pas ici sur les démonstrations de l’office.

Pour le tardif Notre Père, “simple” musique d’usage au ton séraphique, pour les Quatre Motets au lumineux grégorien, beaux comme un vitrail, c’est merveille, et à vrai dire une évidence, tant Duruflé y fait admirer des lignes pures, des dessins de notes.

Comment ne pas entendre que la Messe, dans ce dénuement, avec l’orgue au loin qui est comme un ciel de musique, change résolument de ton, devient à l’égal du Requiem et des Trois Danses l’autre chef-d’œuvre de Duruflé ? Jusqu’aux soli d’Eduardo Tercero, chantant de la tribune, avec l’orgue, cette version atteint à la perfection, suffisant à placer ce disque au pinacle de la discographie fatalement réduite d’une œuvre aussi parcimonieuse qu’inspirée.

LE DISQUE DU JOUR

Maurice Duruflé (1902-1986)
Messe « Cum Jubilo », pour chœur de barytons et orgue, Op. 11
4 Motets sur des thèmes grégoriens pour chœur a cappella, Op. 10
Notre Père, pour chœur a cappella, Op. 14
Requiem pour soli, chœurs et orgue, Op. 9

Ken Cowan, orgue
Eduardo Tercero, baryton
Cecilia Duarte, mezzo-soprano
Houston Chamber Choir
Robert Simpson, direction

Un album du label Signum Classics SIGCD571
Acheter l’album sur le site du label Signum Records, sur le site www.uvmdistribution.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : les membres du Houston Chamber Choir – Photo : © DR