Purcell danse

La jolie idée : faire mentir, quitte à fâcher quelques esprits chagrins, l’image d’un Purcell uniment mélancolique, et au contraire rappeler quel génie du théâtre il fut d’abord.

François Lazarévitch et ses Musiciens de Saint-Julien herborisent dans les « stage music » et dans les Odes, piquant autant de perles qu’ils assemblent sur un collier de danses et d’« ayres » : irrésistible d’entendre ainsi Strike the viol caressé de flûtes et de violons dans une danse si légère, puis de passer soudain à ce O Solitude plus serein que mélancolique, et entendre comment Tim Mead, sans aucun effet, chante l’un et l’autre allant de l’exultation à la contemplation !

Ce disque subtilement agencé est la devise d’un des plus inventifs albums Purcell parus depuis longtemps ; François Lazarévitch en ayant écrit le foisonnement d’ornementations qui renvoie l’auteur de Dido & Aeneas aux anciennes musiques d’Albion, éclaire le substrat populaire de son inspiration ô combien savante.

Mais il y a plus, lorsque l’harmonie délétère de la Pavane en sol mineur déploie son lamento, c’est Purcell lui-même qui paraît sous son masque tragique et qui plus tard dansera sur l’exquis Scotch Tune d’Amphitryon.

Le temps des fêtes fera de cet album un parfait cadeau pour qui voudra faire découvrir Purcell à une tête blonde ou à un ami.

LE DISQUE DU JOUR

Henry Purcell (1659-1695)
Amphitryon, Z.572 (extraits : Minuet, Hornpipe, Boree, Scotch Tune)
The Old Bachelor, Z. 607 (extrait : Hornpipe)
The Virtuous Wife, Z. 611 (extrait : Aire)
The Married Beau, Z.603 (extrait : March)
Timon of Athen, Z. 632 (extrait : Curtain Tune)
Pavane and Chaconne en sol mineur, Z. 752
Fantazia Upon a Ground, Z. 731
‘Twas Within a Furlong of Edinboro’ Town” (Scots Song), Z. 605/2
O Solitude, My Sweetest Choice, Z. 406

+
airs et passages instrumentaux de :

Come Ye Sons of Art (Birthday Ode for Queen Mary), Z. 323
Ode for St Cecilia’s Day, Z. 328
Ode for St Cecilia’s Day, Z. 339
King Arthur, Z. 628
The Fairy Queen, Z. 629
The Indian Queen, Z. 630
Love’s Goddess Sure Was Blind (Birthday Ode for Queen Mary), Z. 331
Suite pour cordes en sol majeur, Z. 770
If Ever I More Riches Did Desire, Cantata, Z. 544

Tim Mead, contre-ténor
Les Musiciens de Saint-Julien
François Lazarévitch, direction

Un album du label Alpha A419
Acheter l’album sur le site du label Alpha Classics ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : Le contre-ténor britannique Tim Mead – Photo : © Andy Staples