Le retour du magicien

Artur Schnabel fut son maître ; Busoni, surpris par la qualité de son jeu, lui octroya en 1923 une grande leçon de trois heures sur les Variations Goldberg, Carlo Zecchi menait déjà alors une belle carrière, malgré ses petites mains. Elles furent sa chance, raffinant à l’extrême sa sonorité, l’encourageant à une vélocité qui détermina son répertoire, Sonates de Scarlatti jouées dansées, brillantes dans un clavier-lumière, des Chopin aériens, divinement phrasés, exposent son fabuleux vocabulaire où chante le plus beau trille qu’un pianiste ait jamais possédé – sinon Wilhelm Kempff.

Sviatoslav Rchter (à gauche) et Carlo Zecchi, probablement au début des années 1960 (durant la tournée italienne de Richter en 1962 ?) – Photo : © DR

Tous les enregistrements Cetra assemblés ici rendent compte de sa sonorité magique, de l’élégance de son jeu, des subtilités de son échelle dynamique, et il faut entendre ses Poissons d’or pour comprendre à quel point son imaginaire d’artiste s’accordait à l’univers de Debussy. De source Ultraphone, une Alborada del gracioso sera tout aussi surprenante, en traits légers, telle une esquisse qui danse.

C’est merveille d’avoir enfin ces précieux sillons réédités à la perfection, les pièces brèves s’y assemblent autour de célèbres Kinderszenen, comme rêvées. À tout cela, Mark Obert-Thorn ajoute le 5e Concerto brandebourgeois vivement mené par Fernando Previtali où le rejoignent la flûte argentée d’Arrigo Tassinari et le violon ambré de Gioconda De Vito, rappelant que l’Italie faisait sa révolution Bach dès la fin des années trente.

Ensemble émouvant qui rend justice à un poète du piano.

LE DISQUE DU JOUR

Carlo Zecchi
The Complete Cetra solo recordings and selected additionnal 78s

Ottorino Respighi
(1879-1936)
Antiche danze ed arie per liuto, P. 114 (2 extraits : III. Galiarda, d’après Vincenzo Galilei – V. Siciliana, d’après un Anonyme)
Domenico Scarlatti (1685-1757)
Sonate en sol majeur, Kk. 259
Sonate en do majeur Kk. 159
Sonate en ré majeur, Kk. 96
Sonate en sol majeur, Kk. 523
Sonate en la majeur, Kk. 113
Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Concerto pour clavier en sol majeur, BWV 973 (d’après Vivaldi, RV 299)
Prélude et fugue en fa dièse majeur, BWV 858 (No. 13, extrait du “Clavier bien tempéré, Livre I”)
Ich ruf’ zu Dir, Herr Jesu Christ, BWV 639 (arr. Max Reger)
Concerto brandebourgeois No. 5 en ré majeur, BWV 1050
Franz Schubert (1797-1828)
Moment musical en la bémol majeur (No. 6, extrait des “6 Moments musicaux, Op. 94, D. 780”)
Robert Schumann (1810-1856)
Kinderszenen, Op. 15
Franz Liszt (1811-1886)
Grandes études de Paganini, S. 141 (2 extraits : No. 5 en mi majeur “La Chasse”, No. 4 en mi majeur)
3 Études de Concert, S. 144 (extrait : No. 2 en fa mineur “La leggierezza”, 2 versions)
Frédéric Chopin (1810-1849)
Valse en la bémol majeur, Op. 42
Mazurka en la mineur, Op. 17 No. 4
Mazurka en ut dièse mineur, Op. 30 No. 4
Mazurka en si mineur, Op. 33 No. 4
Berceuse en ré bémol majeur, Op. 57
Barcarolle en fa dièse majeur, Op. 60
Etude en fa majeur, Op. 10 No. 8
Etude en sol bémol majeur, Op. 10 No. 5
Andante spianato et Grande polonaise brillante en mi b majeur, Op. 22
Ballade No. 1 en sol mineur, Op. 23
Claude Debussy (1862-1918)
Poissons d’or (No. 3, extrait des “Images, L. 113”)
Francesco Ticciati (1893-1949)
Toccata
Maurice Ravel (1875-1937)
Alborada del gracioso (No. 4, extrait des “Miroirs, M. 43”)

Carlo Zecchi, piano
Arrigo Tassinari, flûte
Gioconda De Vito, violon
EIAR Orchestra
Fernando Previtali, direction

Un album de 2 CD du label APR 6024
Acheter l’album sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : Carlo Zecchi chef d’orchestre – Photo : © DR