Category Archives: Chronique concert

La vie de concert(s). A Paris, en France et à l’étranger.

Paavo Järvi : du côté de Mahler

Le chef d’orchestre estonien Paavo Järvi dirige l’Orchestre de Paris depuis maintenant plus de trois saisons. Bienheureux! En ces deux soirées, il nous offrit peut-être le meilleur de son art, et de l’excellence des musiciens français. L’orchestre est simplement dans une forme olympique, à commencer par les pupitres de bois – un régal absolu. Si le cor d’André Cazalet Continue reading Paavo Järvi : du côté de Mahler

Scriabine : la divine éloquence de Gergiev

Le chef d’orchestre russe Valery Gergiev revient à Paris pour deux concerts avec son orchestre, le London Symphony Orchestra, autour d’œuvres d’Olivier Messiaen (1908-1992) et Alexandre Scriabine (1872-1915). Couplage fort passionnant, de deux personnalités inclassables dans la musique orchestrale du XXe siècle. En cette première soirée, Gergiev associe Les Offrandes oubliées du Français avec la Troisième Symphonie du Russe.

Continue reading Scriabine : la divine éloquence de Gergiev

Bruckner : la déconvenue Jansons

C’était la dernière des trois soirées parisiennes de l’extraordinaire Royal Concertgebouw Orchestra en ce printemps 2014, qui faisait le voyage sous la direction de son directeur musical Mariss Jansons. Un triptyque fortement centré sur Bruckner. En trois jours, à la Salle Pleyel, ils donnèrent les Quatrième, Neuvième et enfin la Septième lors de cet ultime concert. Continue reading Bruckner : la déconvenue Jansons

Triomphe de Michael Tilson Thomas à Pleyel

En cette mi-mars 2014, Michael Tilson Thomas et son Orchestre Symphonique de San Francisco faisaient halte à Paris (avant Vienne et Genève) pour deux concerts à la Salle Pleyel, le lundi 17 et le mardi 18. Voilà deux magnifiques soirées à la distinction inoubliable ! Deux programmes très différents, composés d’oeuvres avec lesquelles MTT est en affinités depuis toujours (Ives, Septième de Beethoven, Troisième de Mahler)

LUNDI 17
Orchestre somptueux, à commencer par des cordes délicates et lyriques, et un pupitre de cuivres élégant. Un Ives bref et méconnu (transcription pour orchestre de la Concord par Brant), un Adams en création française, brillant et magnifiquement écrit pour l’orchestre, avant un Beethoven tranquille et pourtant parfaitement maîtrisé. Rarement entendu une interprétation aussi claire et lisible d’un point de vue harmonique et polyphonique de la Septième de Beethoven. Les phrasés sont parfaitement énoncés, les tempos idéaux. Un très grand concert – tout ceci me donne envie de redécouvrir la discographie de Michael Tilson Thomas en détail.

MARDI 18
Le choix était d’ailleurs cruel ce soir-là. J’aurais tant voulu entendre le Rosenkavalier du Théâtre des Champs-Elysées dans son casting de rêve (Isokoski, Kirill Petrenko, etc.).

Mais ce fut finalement Mahler avec Michael Tilson Thomas et la Troisième Symphonie. Je ne fus pas déçu, tellement cette extraordinaire deuxième soirée fut pétrie d’humanité, et de la même élégance que la veille. Quel plaisir d’entendre un chef à nouveau si attentif à l’harmonie, à la richesse orchestrale de cette musique. Une authentique expérience musicale, assez souvent déconcertante!

LES PROGRAMMES DES CONCERTS
Lundi 17
Charles Ives (1874-1954) / Henry Brant (1913-2008)
A Concord Symphony (arr. de la Concord Sonata) – No. 3 : The Alcotts
John Adams (né en 1947)
Absolute Jest (création française)
Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sylmphonie No. 7 en la majeur, Op. 92

Mardi 18
Gustav Mahler
(1860-1911)
Symphonie No. 3

Sascha Cooke, mezzo-soprano
Chœur de l’Orchestre de Paris
San Francisco Symphony Orchestra
Michael Tilson Thomas, direction

Photo : © DR

Paavo Järvi à Paris : commencement prometteur

Septembre 2010. Paavo Järvi fit son entrée. Nouvel orchestre, nouvelle renaissance pour le chef et les musiciens parisiens. La programmation durant cette nouvelle saison témoigne d’un souci de diversité bienvenue dans les répertoires, qui manquait sensiblement jusqu’à présent. La preuve en ce mercredi soir, qui présente La Péri (1912) de Paul Dukas et Kullervo (1891) de Sibelius. Une rentrée fort attendue ! Continue reading Paavo Järvi à Paris : commencement prometteur