Exil intérieur

Les bandes étaient connues, mais elles restaient là où elles étaient nées : sous le boisseau. Josef Krips avait refusé l’exil, les Nazis lui avaient interdit de diriger, il était revenu à son piano qu’il jouait dans la plus stricte intimité, à vrai dire pour lui-même, réfugié dans l’appartement de sa mère. A tout instant, la gestapo pouvait venir le cueillir.

Elle ne vint pas, et le temps d’un hiver, Krips céda à la proposition d’Hilde Konetzni : voudrait-il enregistrer en toute discrétion quelques lieder ? Hermann May les accueillerait à leur convenance dans son propre studio de musique et ferait l’ingénieur du son.

Ces gravures rarissimes, les voici. Le piano discret de Krips déploie des contrechants de poète à la grande voix d’Hilde Konetzni qui embaume le Von ewige Liebe de Brahms d’un charme absolument slave qu’elle emploie avec encore plus de fantaisie dans les Zigeunermelodien de Dvořák.

Quelle merveille que ce timbre doré – celui d’une Impératrice, d’une Elisabeth, d’une Desdémone – conduit par une voix longue qui déploie les charmes d’un autre temps et embrase dans des aigus stellaires la Cäcilie de Strauss, placée au début d’un bouquet fabuleux : le grand récitatif d’Heimliche Aufforderung, l’humour de Schlagende Herzen,la tendre fantaisie de Schelchtes Wetter, quelle artiste !, qui trouve tout aussi naturellement les chemins plus ombreux empruntés par Hugo Wolf ou les extases panthéistes de Joseph Marx.

Ensemble rare, précieux, beau comme un Lubitsch !

LE DISQUE DU JOUR

Franz Schubert (1797-1828)
Rastlose Liebe, D. 138
Mignon I (“Heiß mich nicht reden”), D. 726
Frühlingssehnsucht (No. 3, extrait du “Schwanengesang, D. 957”)

Robert Schumann (1810-56)
Widmung (No. 1, extrait du “Myrthen, Op. 25”)
Marienwürmchen (No. 14, extrait du “Liederalbum für die Jugend, Op. 79”)

Johannes Brahms (1833-97)
An die Nachtigall (No. 4, extrait des “4 Lieder, Op. 46”)
Feldeinsamkeit (No. 2, extrait des “6 Lieder, Op. 86”)
Ständchen (No. 1, extrait des “5 Lieder, Op. 106”)
Von ewiger Liebe (No. 1, extrait des “4 Gesänge, Op. 43”)

Robert Franz (1815-92)
Es hat die Rose sich beklagt (No. 5, extrait des “6 Gesänge, Op. 42”)
Im Herbst (No. 6, extrait des “6 Gesänge, Op. 17”)
Auf dem Meere (No. 1, extrait des “6 Gesänge, Op. 36”)

Hugo Wolf (1860-1903)
Gedichte von Eduard Mörike (2 extraits : No. 46, Gesang Weylas ; No. 9, Nimmersatte Liebe)
Spanisches Liederbuch, Weltliche Lieder (extrait : No. 2, In dem Schatten meiner Locken)
Italienisches Liederbuch (extrait : No. 36, Wenn du, mein Liebster)
Goethe-Lieder (extrait : No. 28, Frühling übers Jahr)

Richard Strauss (1864-1949)
4 Lieder, Op. 27, TrV 170 (2 extraits : No. 2, Cäcilie ; No. 3, Heimliche Aufforderung)
3 Lieder, Op. 29, TrV 172 (extrait : No. 2, Schlagende Herzen)
5 Lieder, Op. 32, TrV 174 (extrait : No. 1, Ich trage meine Minne)
5 Kleine Lieder, Op. 69, TrV 237 (extrait : No. 5, Schlechtes Wetter)

Joseph Marx (1882-1964)
Lieder und Gesänge, Vol. 2 (2 extraits : Der bescheidene Schäfer, Lied eines Mädchens)
Antonín Dvořák (1841-1904)
Zigeunermelodien, Op. 55, B. 104 (chanté en allemand)

Hilde Konetzni, soprano
Josef Krips, piano
(Enregistrements réalisés en 1942 et 1943)

Un album du label Orfeo C597091B
Acheter l’album sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR