Tag Archives: Louis Vierne

Pour l’archet d’Ysaÿe

Susciter des chefs-d’œuvre, Eugène Ysaÿe en fut coutumier, il est le héros du nouvel album qu’Alina Ibragimova et Cédric Tiberghien font paraître après leur grand voyage chez Mozart.

Son Poème élégiaque, inspiré par la scène au tombeau de Roméo et Juliette ouvre ce disque et vient rappeler quel compositeur d’importance il fut, avant même d’être l’inspirateur et l’interprète de génie que l’on sait. Il avait le don de créer un univers poétique hypnotique que l’archet de la violoniste saisit dans toutes ses nuances : le paysage qu’elle compose avec le piano éolien de Cédric Tiberghien à la fin de l’œuvre me poursuit de son long trille fuligineux.

La Sonate de Franck évite toute hystérie, sans pourtant rien perdre de son pouvoir d’émotion, la sonorité creusée du violon, le piano orchestral mais sans tapage, tout conduit à produire une lecture intériorisée qui suspend le temps dans le Recitativo-Fantasia, aux teintes fauréennes ici : quel art du pianissimo !

Vingt ans plus tard, Ysaÿe se tournait vers un autre organiste : Vierne lui écrirait-il une sonate ? Ysaÿe y mit son grain de sel, la partie de violon est étourdissante. Vierne, se prenant au jeu, écrivit une œuvre brillante, capricieuse de rythmes, pleine de surprises harmoniques, avec une magnifique partie de piano – pensée pour Raoul Pugno – que Cédric Tiberghien fait sonner avec des raffinements que peu y auront mis jusque-là alors que le l’archet d’Alina Ibragimova danse avec ivresse ou rêve, nostalgique à souhait. Heureux Vierne dont cette Sonate trop longtemps restée peu courue malgré les efforts de Jean Moulière et de quelques autres, aura suscité récemment deux belles versions, celle-ci et celle d’Elsa Grether et François Dumont.

En postlude, quelle jolie idée d’avoir placé la berceuse en train de s’endormir qu’est le tendre Nocturne de la grande Lili, pur instant de poésie, comme tout ce disque !

LE DISQUE DU JOUR

Eugène Ysaÿe (1858-1931)
Poème élégiaque, Op. 12 (version pour violon et piano)
César Franck (1822-1890)
Sonate pour violon et piano en la majeur, FWV 8
Louis Vierne (1870-1937)
Sonate pour violon et piano en sol mineur, Op. 23
Lili Boulanger (1893-1918)
Nocturne pour violon et piano

Alina Ibragimova, violon
Cédric Tiberghien, piano

Un album du label Hypérion CDA68204
Acheter l’album sur le site du label Hypérion, sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr

Photo à la une : le pianiste Cédric Tiberghien et la violoniste Alina Ibragimova – Photo : © DR

Verlaine

Au cœur de la Grande Guerre, Louis Vierne assemble dix poèmes de Verlaine sous un titre terrible : Spleens et détresses. Ce sera l’un de ses opus majeurs, où une tristesse étrange se mêle à des bizarreries, comme cette Sérénade si acide, presque grotesque : voici un cycle méprisé qui devrait à l’instar des Clairières dans le ciel de Lili Boulanger trouver sa place aux côtés des opus signés par Fauré, Debussy et Ravel.

Dire que le mezzo corsé d’Anaïk Morel en dévoile toutes les beautés est un euphémisme, et pourtant jadis Mireille Delunsch elle-même en offrit une magnifique interprétation. Mais le timbre de Morel, révélé voici peu dans un plein album de mélodies de Charles Koechlin correspond exactement à la couleur de ce cycle. Muza Rubackyté lui déploie tout un orchestre de son piano.

Elle ajoute en compagnie du Quatuor Terpsycordes l’autre partition emblématique de l’année 1917, la vaste Quintette, entre déploration et fureur : le 12 novembre, Vierne perd son second fils. Jacques meurt au front dans des circonstances troubles : on ne saura jamais s’il se sera suicidé ou s’il aura été “fusillé pour l’exemple” avec ses camarades des tranchées.

Vierne avait consenti à son engagement prématuré, mais le jeune homme s’était rapidement ouvert de son dégoût face aux horreurs de la guerre : il avait dix sept ans. Dans cette œuvre manifeste, le piano est l’acteur principal, Muza Rubackyté l’a bien compris, qui entraine dans son jeu flamboyant un quatuor intense, violent. Une quintette ? Une symphonie !

LE DISQUE DU JOUR

cover vierne piano quintet ruba brilliant
Louis Vierne (1870-1937)
Spleens et détresses, cycle
de 10 mélodies pour voix
et piano, Op. 38

Quintette pour piano et cordes en ut mineur, Op. 42

Anaïk Morel,
mezzo-soprano
Muza Rubackyté, piano
Quatuor Terpsycordes
Girolamo Bottiglieri, Raya Raytcheva, violons – Caroline Cohen-Adad, alto – François Grin, violoncelle

Un album du label Brilliant Classics 95367
Acheter l’album sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger l’album en haute qualité sonore sur Qobuz.com

Photo à la une : Louis Vierne et le jeune Bernard Gavoty, en 1933 – Photo : © DR

Sonates de France

Pourquoi la Sonate en ré mineur de Gabriel Pierné figure-t-elle si peu aux répertoires des violonistes ? Ecrite alors que le XXe siècle commençait, crée par Jacques Thibaud le 23 avril 1901, ce poème en trois mouvements déploie des atmosphères prégnantes, et exige de l’archet une longueur infinie Continue reading Sonates de France