Tag Archives: Hiroaki Takenouchi

Rentrée à dix doigts

Il est des disques dont on ne se déprend pas. Les Partitas de Bach selon Igor Levit sont dans ma platine depuis dix-sept jours. Longtemps attendues depuis le coup d’éclat des trois dernières Sonates de Beethoven, premier opus du pianiste américain Continue reading Rentrée à dix doigts

Besoin d’air ? Rechargez-vous en “Oxygene”

Du vendredi 3 au dimanche 5 octobre 2014, venez prendre un bol d’air frais au Festival (Piano) Oxygene, qui aura lieu au Café de la Danse à Paris, non loin de la place de la Bastille – un départ immédiat vers une destination musicale électrisante.

Le Festival nous raconte une histoire, Continue reading Besoin d’air ? Rechargez-vous en “Oxygene”

Jour de repos à Neumarkt

Lundi 10 février 2014 : Jour de repos. Nous n’avions pas à notre disposition ce jour la salle de l’Historischer Reitstadel, car est prévu le soir dans le cadre de la saison culturelle de la ville un concert d’un jeune quatuor, l’Apollon Musagète Quartet (programme : Beethoven, Chostakovitch, Stravinski). Ils devaient répéter dans l’après-midi.

Après un petit déjeuner bien copieux et sympathique, au cœur-même de notre bar restaurant tant aimé, au doux nom (presque musical) de « Belaccanto », Hiroaki Takenouchi se prépare pour son retour à Londres. Bien que son avion fût prévu en milieu d’après-midi, il avait décidé de passer un peu de temps dans les rues de Nürnberg, la grande ville la plus proche de Neumarkt in der Oberpfalz. To go shopping !

Quelques heures plus tard arrive notre troisième pianiste, le Français Philippe Guilhon-Herbert. On va l’accueillir à pied à la gare principale de Neumarkt. Puis nous lui faisons visiter les lieux du Reitstadel. Heureusement, un piano de répétition était mis à disposition dans une autre pièce des locaux. Il put s’exercer sur un piano Yamaha, et ainsi toucher son cher instrument, de travail et de vie. Il était parti tôt le matin de Paris, et malheureusement, il n’y a pas encore de piano à disposition dans les trains, pour les musiciens …

Philippe Guilhon-Herbert connaît l’allemand ; il est en joie à l’idée de reparler cette langue qui lui rappelle de bons et de beaux souvenirs de jeunesse, quand il passa plusieurs mois à Freiburg im Breisgau. Guilhon-Herbert apprécie le pays – sans doute davantage d’autres villes que Neumarkt, qui ne présente à vrai dire que peu d’intérêt historique.

Le soir, il souhaitait absolument nous emmener dans un restaurant plus germanique que nos choix de la semaine précédente, louant le caractère plus sain de la nourriture allemande. Nous avons donc mangé allemand, pour notre plus grand plaisir. Sain probablement, mais surtout copieux voire légèrement … lourd.

Photo : Neumarkt in der Oberpfalz, l’église en face de l’Historischer Reitstadel (c) Pierre-Yves Lascar – Février 2014