Souvenirs d’un génie

Disparu ridiculement tôt et dans les circonstances tragiques que l’on sait, William Kapell reste le symbole du renouveau du piano américain dans cette après-guerre enthousiaste, figure charismatique d’une génération qui aura vu éclore Glenn Gould, John Browning, Sydney Foster, Joseph Battista, Eugen List, Abbey Simon, Rosalyn Tureck, Ralph Kirkpatrick, Leon Fleisher, Leonard Pennario pour n’en citer que quelques-uns.

Physique athlétique, regard profond, son jeu est à l’égal de sa plastique, en muscles et en déliés, bâti, dense, épuré par l’effort. Technique parfaite qui ne se fait jamais entendre, écoutez ici la 11e Rhapsodie hongroise de Liszt, toucher impérial où chaque note sonne d’or, sens de la ligne et des structures, un architecte qui voit tout, comprend tout, rend tout clair, évident.

RCA aura republié tout son legs, y ajoutant les ultimes concerts en Australie, des live fabuleux auront révélé en tout cas deux perles absolues, le Premier de Brahms avec Mitropoulos et le 3e de Prokofiev avec Stokowski, incendiaire, mais voici que Ward Marston ajoute trois plein CDs d’inédits où se reflète tout son répertoire, ajoutant à celui de ses disques nombre d’œuvres nouvelles.

Un révélation : la Burleske de Strauss donnée à Pittsburgh avec Fritz Reiner le 1er février 1948, d’une élégance folle, tenue, gourmée, flamboyante mais aussi quasi précieuse dans le bon sens de l’adjectif : chaque trait y est ciselé sans que jamais le jeu des humeurs qui est le secret de cette œuvre délicieusement parodique n’en soit amoindri. Qui a fait mieux ici ? Je crois bien seulement Claudio Arrau.

S’ajoutent chez Bach une Suite BWV 818 miraculeuse d’élan et de fluidité (et avec les amis Rosalyn Tureck, Joseph Battista, Eugene List, le Concerto à 4 en la mineur d’après Vivaldi), deux Sonates de Mozart (K. 330 et K. 570) qui derrière leur perfection laissent affleurer une émotion surprenante, mais surtout les deux suites de féérie – Children’s Corner et Suite bergamasque – qui le montrent inspiré par le clavier de Debussy comme peu de pianistes américains alors. Magique simplement.

On herborisera dans tout le reste : une Maja et son rossignol sublime d’éloquence, les gouttes d’eau de l’Intermezzo en la bémol de l’Opus 76 de Brahms, poésie suprême des timbres, quelques Chopin toujours aussi ténébreusement tenus, une Rhapsodie de Rachmaninov stupéfiante par ses tempos fous qu’Ormandy emporte d’un geste rageur, et, témoignage rare de son art en tant que chambriste, le Quintette de Schumann avec les Fine Arts, dramaturgie resserrée qui rappelle à quel point ce brillant jeune homme fut un artiste de génie et dont les deux interviews soulignent combien il était perdu dans cette Amérique où on l’interrogeait sans cesse sur la carrière, le business, comme si son art comptait pour “peanuts”.

LE DISQUE DU JOUR


William Kapell, piano
Broadcast and Concert Performances
1944-1952

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Suite en la mineur, BWV 818
Nun komm der Heiden Heiland, BWV 659 (arr. Busoni)
Concerto en la mineur pour 4 claviers d’après Vivaldi (L’Estro armonico, Op. 3 No. 10), BWV 1065
Rosalyn TureckEugene ListJoseph Battista, pianos
NBC StringsMilton Katims, direction

Johannes Brahms (1833-1897)
Intermezzo en la bémol majeur, Op. 76 No. 3
Abram Chasins (1903-1987)
Piano Playtime (extrait : No. 6, Tricky Trumpet)
Frédéric Chopin (1810-1849)
Mazurka en fa mineur, Op. 63 No. 2
Nocturne en si bémol mineur, Op. 9 No. 1
Sonate pour piano No. 3 en si mineur, Op. 58 (extrait : début du III. Largo)
Mazurka en ut dièse mineur, Op. 6 No. 2
Dmitri Chostakovitch (1906-1975)
24 Preludes, Op. 34 (3 extraits : Nos. 5, 10, 24)
Claude Debussy (1862-1918)
Estampes, L. 108 (extrait : II. La soirée dans Grenade)
Children’s Corner, L. 119
Suite bergamasque, L. 82
Manuel de Falla (1876-1946)
Le Tricorne (extrait : La danse du meunier, arr. pour piano)
Enrique Granados (1867-1916)
Goyescas (extrait : IV. La jeune fille et le rossignol)
Franz Liszt (1811-1886)
Rhapsodie hongroise No. 11 en la mineur, S. 244 (2 versions)
Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847)
Romances sans paroles en fa dièse mineur, Op. 67 No. 2
Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Sonate pour clavier No. 10 en ut majeur, K. 330
Sonate pour clavier No. 17 en si bémol majeur, K. 570
Sonate pour clavier No. 10 en ut majeur, K. 330 (extrait : III. Allegretto)
Emilio Napolitano (1907-1989)
El gato (Danse argentine)
Robert Moffat Palmer (1915-2010)
Toccata ostinato

Sergei Rachmaninov (1873-1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini, Op. 43
The Philadelphia OrchestraEugene Ormandy, direction

Franz Schubert (1797-1848)
2 Ländler, Op. 171, D. 783 (2 extraits : Nos. 7, 12)
Robert Schumann (1810-1856)
Romance en fa dièse majeur, Op. 28 No. 2
Quintette pour piano et cordes en mi bémol majeur, Op. 44
Fine Arts Quartet (Leonard Sorkin, Joseph Stepansky, violons – Sheppard Lehnhoff, alto – George Sopkin, violoncelle)

Richard Strauss (1864-1949)
Burleske en ré mineur pour piano et orchestre, TrV 145
Pittsburgh Symphony OrchestraFritz Reiner, direction

Un coffret de 3 CD du label Marston 53021-2
Acheter l’album sur le site du label www.marstonrecords.com

Photo à la une : © DR