Le rêve de Meyerbeer

Je crois que le projet a fait long feu. Signant chez EMI (devenu Warner/Erato), Diana Damrau avait mis une condition à l’exclusivité : qu’elle put graver tout un récital Meyerbeer, ce qui, de mémoire de discophile, n’avait jamais existé, pas plus pour les ténors que pour les sopranos. Le voici enfin.

Pour Damrau, Meyerbeer est d’abord un souvenir d’étude. Dans la flopée d’airs de virtuosité du bel canto qu’elle apprenait alors, “Ombre légère” la charma illico : elle le chante ici dans le français de l’original du Pardon de Ploërmel, légende bretonne, et surtout en donnant toute la scène et non pas seulement l’air qui est lui-même d’ailleurs souvent trituré (même Callas qui y est pourtant magique et bien entendu en italien). Cette petite scène de folie devient vertigineuse dans la voix de Damrau, chevrière fantasque, inquiétante presque.

L’album est exemplaire, qui documente tous les styles tentés par Meyerbeer. Sans une once de difficultés, Diana Damrau passe du tragique au léger, du français à l’italien et même à l’allemand, miracle polyglotte. Aucun des pièges virtuoses semés par Meyerbeer ne l’effraye, et sa voix, qui s’est agrandie, approfondie, sans rien perdre de l’agilité dans la colorature, campe admirablement des personnages qu’on n’oublie plus.

Sommets de l’album, outre Dinorah, la Catherine de L’Étoile du Nord et ses deux flûtes, la Maguerite des Huguenots (magnifique « Ô beau pays de la Touraine », mais surtout les deux grands airs d’Inès de L’Africaine qui montre bien vers quoi va son instrument. Ah, si justement, avec Juan Diego Flórez pour Vasco de Gama, elle pouvait nous en enregistrer l’intégrale !

Disque magnifique, utile, les comprimari, Kate Aldrich, Laurent Naouri, qui lui donnent la réplique, Emmanuel Vuillaume et les forces de l’Opéra de Lyon qui l’accompagnent, sont à son diapason.

LE DISQUE DU JOUR

Grand Opéra

Giacomo Meyerbeer (1791-1864)
Airs extraits de : Le Prophète, Robert le Diable, Alimelek oder die beiden Kaliefen, L’Étoile du Nord, L’Africaine, Il Crociato in Egitto, Le Pardon de Ploërmel, Ein Feldlager in Schlesien, Emma di Resburgo, Les Huguenots

Diana Damrau, soprano
Kate Aldrich, mezzo-soprano
Laurent Naouri, baryton-basse
Orchestre et Chœur de l’Opéra National de Lyon
Emmanuel Vuillaume, direction

Un album du label Erato 0190295849016
Acheter l’album sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR