Yuja Wang, un Prokofiev virtuose, brillant

« Der Himmel lacht, die Erde jubilieret »
(J. S. Bach, chœur d’ouverture de la Cantate BWV 31)

Voilà ce que m’évoque le jeu et l’univers poétique de la prodigieuse Yuja Wang. Depuis la découverte de cette jeune sino-américaine au printemps dernier, je traque ses vidéos sur Youtube. La venue sur la scène musicale de cette artiste ardente et enjouée ravit.

Une virtuosité phénoménale, incomparable, soudée par une main gauche très puissante, alliée à de belles qualités poétiques et des intuitions architecturales. Sous ses doigts, le premier mouvement si ardu de la Sonate “Funèbre” de Chopin – qu’elle a gravée pour Deutsche Grammophon il y a un an – coule de source. Même si le label jaune a privilégié une prise de son trop rapprochée, la force du poignet est le garant d’un équilibre étonnant. Une sonorité dense et pleinement timbrée, une respiration large et naturelle, une simplicité dans les phrasés… Il y a, chez Yuja Wang, à la fois un bel aboutissement instrumental, et un naturel poétique.

Au mois de juillet dernier, au Festival de Verbier, Yuja Wang interprétait en concert le Troisième de Prokofiev avec Claudio Abbado, musicien ici admirable qui laisse chanter ses musiciens en un dialogue fraternel avec la pianiste. Une interprétation extrêmement équilibrée, concentrée, parsemée de passages absolument prodigieux, tel dans ce premier mouvement, quand surgit cet épisode diablotin après le retour du thème mélodique (6’45) : pizzicati espiègles aux cordes, bois d’une agilité dionysiaque … tous les instrumentistes sont ici au diapason de la jeune pianiste, étonnante d’engagement, de naturel et surtout de spontanéité et d’intelligence. Dans le second mouvement, le passage où le cor dialogue avec le piano atteint au sublime (4’00).

Autre vidéo passionnante, celle où Yuja Wang s’amuse avec les Trois Mouvements de Petrouchka de Stravinski. Elle est assez inégale dans cette œuvre difficile, mais, lors de ce deuxième bis après le précédent Concerto de Prokofiev, le toucher s’avère très souple et les attaques bien mordantes. Une interprétation qui sait être vivace, rythmiquement implacable, lyrique et chantante, espiègle et plein d’humour.

J’attends son retour à paris le 11 juin prochain – son concert du 16 décembre prochain m’ayant quelque peu déçu – sans doute un mauvais jour, dans le cadre d’une tournée harassante…

Stravinski, Trois Mouvements de Pétrouchka (Intégrale)

Prokofiev, Concerto pour piano No. 3 en ut mineur, Op. 26 (Intégrale)

** MA RECOMMANDATION DISCOGRAPHIQUE
yuja wang first album cover Frédéric Chopin (1810-1849)
Sonate pour piano No. 2, Op. 35 “Funèbre”
Franz Liszt (1811-1886)
Sonate en si mineur
Alexandre Scriabine (1872-1915)
Sonate pour piano No. 2 en sol dièse mineur, Op. 19
György Ligeti (1923-2006)
2 Etudes
Yuja Wang
Un enregistrement DEUTSCHE GRAMMOPHON

Pour écouter l’album, cliquez-ici !

Photo : (c) DR