Quatuors interdits

“Entartete Musik”, littéralement “Musique dégénérée”, ce par quoi les Nazis désignèrent tout ce qui dans le domaine des sons, n’était pas à leur botte. Ce et ceux. Cela aurait été déjà beaucoup d’outrage, désignant les œuvres des opposants politiques – Hindemith fut du lot – mais fut bien pire lorsque y fut amalgamé, quasiment d’emblée d’ailleurs, le foisonnement de la création musicale qui avait jailli des plumes des compositeurs juifs. Un désastre pour l’Allemagne, une perte irrémédiable pour la nouvelle musique tchèque qui vit disparaître ses plus grands talents dans les chambres à gaz. Une hécatombe qui fauchât toute une génération.

Hans Krása dont le magnifique Quatuor Op. 2 oscillant entre nostalgie et clins d’œil à la musique de genre avant de s’achever en un Finale que Bartók aurait pu écrire, ouvre le disque des Amadas, n’aura pas atteint ses quarante-cinq ans lorsqu’il disparut à Auschwitz. Ils le jouent avec une profondeur de son, une intensité, mais aussi des subtilités dans le réglage de l’harmonie comme des phrasés qui le magnifient, lui donnent son statut de chef-d’œuvre.

Si Hans Krása périt, Alexandre Tansman et Ernst Křenek survécurent. Le savoureux Triptyque écrit à Paris en 1930 et qui peut aussi se jouer au plein quatuor de l’orchestre, est tout entier baigné de soleil, suractif dans ses mouvements externes, alangui dans son Andante, merveilleux témoignage de la vitalité qui présida à la création de toutes ses partitions de l’entre-deux-guerres, alors qu’il participait pleinement au grand concert de la création européenne et là encore les Adamas font mouche, aussi à l’aise dans l’alacrité que dans la sensualité.

Pourquoi avoir été cherché le long pensum qu’est le 5e Quatuor de Křenek, suite de formules tournant à vides que leur art ne parvient pas à sauver, sinon dans le ton du premier mouvement mêlant ironie et poésie ? Un Quatuor de Zemlinsky aurait été mieux venu, seul bémol qui dépare l’album de ce jeune quatuor viennois héritier du Quatuor Artis dont Gramola avait publié préalablement un premier affichant les deuxième Quatuors de Haas et de Korngold ainsi que L’Alouette de Haydn.

LE DISQUE DU JOURcover-adamas-krasa-tans-gramola

Hans Krása (1899-1944)
Quatuor à cordes, Op. 2
Alexandre Tansman (1897-1986)
Triptyque, pour quatuor à cordes
Ernst Křenek (1900-1991)
Quatuor à cordes no. 5, Op. 65

Adamas Quartett
Claudia Schwarzl, violon
Roland Herret, violon
Anna Dekan, alto
Jakob Gisler, violoncelle

Un album du label Gramola 99109
Acheter l’album sur le site du label Gramola, sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger l’album en haute qualité sonore sur Qobuz.com

Photo à la une : © DR