DFD Project

Lorsque Dietrich Fischer-Dieskau signa un contrat avec une nouvelle firme de disque qui entendait faire rayonner la vie musicale munichoise, le bien nommé Orfeo, il passait déjà le plus clair de sa carrière de musicien à la baguette : il s’était voulu chef d’orchestre depuis longtemps déjà, avait gravé des Schumann magnifiques pour un label qui disparut aussitôt. Orfeo avait déjà des chefs, Sawallisch, Kubelik. Dietrich Fischer-Dieskau aura quelques occasions, un concert Brahms avec Konstantin Lifschitz notamment, mais il fut aussi repris par le démon du lied, sachant qu’il n’avait pas tout dit malgré les anthologies infinies dispersées entre Deutsche Grammophon et EMI, et même CBS (Schoeck et Barber avec les Juilliard, Mahler avec Bernstein au piano).

Donc, il ouvrit à nouveau son grand livre du lied jamais achevé, objet de ce premier volume où Orfeo assemble quelques albums de raretés qu’il allait débusquer avec les gourmandises d’un diseur ; la voix n’était plus dans sa plénitude, mais, bonheur !, du moins à mes oreilles, elle ne donnait plus de ces éclats, de ces duretés, qui pouvaient la rendre, dans son zénith, pour tout dire assommante et un rien doctorale.

Comme les chefs-d’œuvre ne réclamaient plus son magister, Fischer-Dieskau retrouva alors la veine poétique que jadis Gerald Moore avait su si bien lui suggérer pour ses débuts au disque. D’ailleurs, il y fut aidé ici encore par des pianistes lettrés, voir même compositeur : Aribert Reinmann l’inspire pour les dix-neuf Lieder de Zelter, mais ce sera la harpe de Maria Graf qui sertira ses déclamations pour de merveilleux Reichardt, perles comme venues d’une époque absolument perdue. Quel art pour deviner tout cela !

Les Spohr sont magiques, avec Júlia Várady ou sans elle, poèmes où s’invitent clarinette et violon alors que le lied ouvrait sur des paysages sonores qu’il abandonnera hélas. Pourtant, les sillons les plus émouvants sont ceux de l’album Pfitzner, qu’il herborise en dehors des Eichendorff, cherchant comme toujours alors le moins couru : écoutez An der Mond. Ah !, l’entendre savourer son Goethe ! À peu près à la même époque, et sous la baguette de Sawallisch, il gravait tout un LP de Lieder avec orchestre de Pfitzner (Warner, réédité uniquement en téléchargement/streaming).

Orfeo ne manque pas d’à-propos, qui glisse au milieu de tout cela le fameux Italienisches Liederbuch de Salzbourg en 1958 avec Seefried et Werba, histoire de créer une perspective. Vite, le second volume !

LE DISQUE DU JOUR

Dietrich Fischer-Dieskau
Lied Edition
Vol. 1

Karl Friedrich Zelter (1758-1832)
Der Sänger der Vorwelt
Wand’rers Nachtlied
Wo geht’s Liebchen
Ruhe (Wand’res Nachtlied), über allen Gipfeln
Gleich und gleich
Erster Verlust
Rastlose Liebe
An die Entfernte
Wonne der Wehmut
Um Mitternacht
Einsamkeit
Harfenspieler I-III
Berglied
Beruhigung
Selige Sehnsucht
Gesang und Kuss
Abschied

Aribert Reimann, fortepiano
Enregistré les 16-17 mars 1983, à la Siemens-Villa, à Berlin

Johann Friedrich Reichardt (1752-1814)
Nachtgesang
Wechsel
Aus “Harzreise im Winter”
Letztes Lied des Harfenspielers
Mut
Gott
Aus “Euphrosyne”
Die schöne Nacht
Prometheus
Aus “Alexis und Dora”
Klage
Kophtisches Lied
Johanna Sebus
Der Alpenjäger
Aeneas zu Dido
Berglied
Die Ideale
Hoffnung und Erinnerung
Geister meiner Toten

Maria Graf, fortepiano
Enregistré les 10-13 décembre 1990, à la Siemens-Villa, à Berlin

Louis Spohr (1784-1859)
6 Mélodies pour baryton, violon et piano, Op. 154
Schottlisch Lied, Op. 25 No. 2
Zigeunerlied, Op. 25 No. 5
Lied beim Rundetanz, Op. 37 No. 6
Vanitas ! Vanitatum vanitas, Op. 41 No. 6
Schlaflied, Op. 72 No. 6
An Mignon, Op. 41 No. 3
6 Mélodies pour soprano, clarinette et piano, Op. 103

Júlia Várady, soprano (Op. 103)
Hartmut Höll, piano
Dmitry Sitkovetsky, violon (Op. 154)
Hans Schöneberger, clarinette (Op. 103)
Enregistré les 3-4 avril 1984, à la Musikhochschule, et les 25-27 juillet 1984 à la Herkulessaal, de Munich

Hugo Wolf (1860-1903)
Italienisches Liederbuch
Irmgard Seefried, soprano
Erik Werba, piano
Enregistré en concert le 26 août 1958 dans le cadre du Festival de Salzbourg

Hans Pfitzner (1869-1949)
Sehnsucht, Op. 10 No. 1
Gegenliebe, Op. 22 No. 2
Leierkastenmann, Op. 15 No. 1
Michaelskirchplatz, Op. 19 No. 2
Schön Suschen, Op. 22 No. 3
Ich und du, Op. 11 No. 1
Gebet, Op. 26 No. 1
An den Mond, Op. 18
Abendrot, Op. 24 No. 4
Tragische-Geschichte, Op. 22 No. 2
Ist der Himmel darum im Lenz so blau, Op. 2 No. 2
Stimme der Sehnsucht, Op. 19 No. 1
Es glänzt so schön die sinkende Sonne, Op. 4 No. 1
Ich aber weiss, Op. 11 No. 2
Mailied, Op. 26 No. 5
Wasserfahrt, Op. 6 No. 6

Hartmut Höll, piano
Enregistré les 10-12 juin 1982, à la Berlin Jesus-Christus Kirche

Dietrich Fischer-Dieskau, baryton

Un coffret de 5 CD du label Orfeo C992205
Acheter l’album sur le site www.clicmusique.com, ou sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : Dietrich Fischer-Dieskau, en compagnie du pianiste Gerald Moore – Photo : © Siegfried Lauterwasser/Deutsche Grammophon