Sonates de Pologne

Trois pleins disques de sonates polonaises pour violon et piano, annoncés en plus comme le Volume 1 d’une série que Bartek Nizioł et Michał Francuz inaugurent, et autant de découvertes.

Je ne savais presque rien de Witold Friemann, je le croyais d’abord pédagogue, mais dès les premières mesures de sa Sonate Op. 16, d’un romantisme élégiaque, que pimente un folklore quasiment imaginaire, quelle magnifique surprise et comme Bartek Nizioł la fait chanter de son violon si plein, si ample ! À l’autre bout de son catalogue, une Deuxième Sonate (Op. 125, il y aurait donc tant de merveilles à glaner chez ce compositeur ?), plus sombre, plus dramatique, mais toujours gorgée de ce lyrisme hors du temps, affirme la persistance d’une langue singulière, plus fantasque ici (et quelle écriture saisissante pour le piano aussi, Michał Francuz faisant danser son clavier), passée indemne au travers du modernisme qui aura saisi la musique polonaise à compter de Tadeusz Baird.

Belle idée de faire suivre ce diptyque avec la Sonate de Sebastian Perłowski, compositeur chéri de la nouvelle musique polonaise, qui avoue ses influences françaises tout au long de ses quatre mouvements : la pastorale de l’Andante est d’une beauté assez Poulenc.

Dans les deux chefs-d’œuvres plus courus du Romantisme, la grande Sonate narrative, pleine de gestes éloquents de Zygmunt Noskowski, et le poème lyrique en trois mouvements qu’est l’admirable Sonate Op. 30 de Władysław Żeleński, le ton glorieux, les phrasés immenses du violoniste nous offrent les plus belles versions de ces œuvres au disque, et quelle présence dans la Légende de Nowowiejski, lamento sombre qui s’exhausse en un chant noble.

À un ensemble aussi opulent s’ajoute la grande Sonate de jeunesse de Paderewski, son lyrisme pur, ses accents délicieusement populaires (quelle merveille cet Andantino…) où tout l’art de Bartek Nizioł trouve les chemins secrets d’une partition, que jusqu’ici seul Konstanty Kulka avait su trouver. Je me demande bien quels autres trésors nous réservent les prochains volumes.

LE DISQUE DU JOUR

Sonates polonaises pour violon et piano
Volume 1

Witold Friemann (1889-1977)
Sonate pour violon et piano No. 1, Op. 15 « Sonate polonaise »
Sonate pour violon et piano No. 2, Op. 125
Zygmunt Noskowski (1846-1909)
Sonate pour violon et piano en la mineur
Feliks Konopasek (1860-1930)
Sonate pour violon et piano en fa dièse mineur
Sebastian Perłowski (né en 1980)
Sonate pour violon et piano, Op. 4
Ignacy Jan Paderewski (1860-1941)
Sonate pour violon et piano en la mineur, Op. 13
Władysław Żeleński (1837-1921)
Sonate pour violon et piano en fa majeur, Op. 30
Feliks Nowowiejski (1877-1946)
Légende pour violon et piano, Op. 32

Bartłomiej “Bartek” Nizioł, violon
Michał Francuz, piano

Un coffret de 3 CD du label Kameny 978-83-951675-3-9

Photo à la une : le violoniste Bartek Nizioł – Photo : © DR