Mahler par Gielen : 2 x 6

Le 12 avril 1971, Michael Gielen entrait dans le Studio Hans Rosbaud de Baden-Baden pour y fixer à l’intention de la Radio du Sudwestfunk son interprétation de la 6e Symphonie de Gustav Mahler, d’entre toutes celle à laquelle il reviendra le plus souvent. Ligne claire, geste preste, la course à l’abime est prodigieuse d’intensité, avec quelque chose d’affolant dans le “drive” général qui emporte le premier mouvement en vingt-et-une minutes.

On trouve le Scherzo dans son exacte position, en guise de deuxième mouvement (hélas, on le place aujourd’hui derrière l’Andante, Gielen lui-même cédera sur ce point), et l’effet de redoublement dramatique est saisissant, orchestre fouetté, sonorités de brasier où persifle une ironie amère que l’Andante et ses musiques d’alpage, incroyablement fluide, rapide – il ne dure qu’une minute de plus que le Scherzo – ne saura tout à fait apaiser. Finale cravaché, aux crescendos-éclairs qui laissent des paysages dévastés inoubliables. La plus grande interprétation mahlérienne de Gielen ? Oui.

Il retrouvera l’œuvre plusieurs fois avant d’y revenir pour une ultime tentative dans la cadre du Festival de Salzbourg le 21 août 2013, concert qui laissa à certains un souvenir indélébile. Les tempos sont devenus monstrueux d’espace, de poids, d’intensité, le propos terrible de noirceur, de violence, cette caisse claire qui mord, ces clarinettes qui proclament font un Jérôme Bosch saisissant, une apocalypse de sons où se sera engouffrée toute la Seconde Ecole de Vienne, car c’est la modernité radicale que Gielen met ici en exergue, scrutant tous les détails d’une partition qui semble inépuisable.

Les deux grands Allegro impressionnent par leur tenue, leur architecture parfaite, et dans l’immense Finale où résonnent les explosions atomiques du grand marteau, on passe dans une autre dimension. Oui, ce concert fut absolument unique, et il faut l’entendre comme l’ultime témoignage de celui qui, en Allemagne, aura défendu tout au long de sa vie, la cause Mahler.

LE DISQUE DU JOUR

In Memoriam Michael Gielen

Gustav Mahler (1860-1911)
Symphonie No. 6
(2 versions : Baden-Baden 1971, Salzbourg 2013)

SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg
Michael Gielen, direction

Un album du label SWR19080CD
Acheter l’album sur Amazon.fr – Télécharger ou écouter l’album en haute-définition sur Qobuz.com

Photo à la une : le chef d’orchestre Michael Gielen – Photo : © Bettina Straub / Deutschlandfunk Kultur