Fille d’Irlande

Les postérités d’Ethel Smyth et de Rebecca Clarke n’eurent guère de mal à éclipser le souvenir d’Ina Boyle, l’autre grand compositeur féminin du Royaume-Uni au début du XXe siècle. Elle était si timide, si peu certaine d’elle-même, isolée dans son Irlande autant que dans son œuvre, mais entêtée à la poursuivre jusqu’à la fin.

Son seul secours, Ralph Vaughan Williams qui la recevait chez lui à Londres, lui corrigeait sa musique. Une élève ? Non, une admiration et comment ne pas entendre dans l’alerte ouverture piquée de folksongs, dans les grandes phrases méditatives ou tonnantes du stupéfiant Concerto pour violon enflammé ici par l’excellent Benjamin Baker, dans la ballade champêtre de la Symphonie “Glencree” les élans des rythmes et l’inépuisable geyser mélodique qu’elle partageait avec l’auteur de la Sea Symphony.

Incroyable, il aura fallu attendre 2017, année du cinquantenaire de sa mort, pour qu’enfin son œuvre resurgisse. L’abondant album que voici ajoute le grand thème et variations qu’est A Sea Poem, l’émouvant Psalm for cello (dit avec ferveur par l’archet de Nadège Rochat), Colin Clout et Wildgeese, pastorales enchantées qui révèlent le plus beau compositeur qu’ait connu l’Irlande avec Hamilton Harty. À découvrir impérativement.

LE DISQUE DU JOUR


Ina Boyle (1889-1967)
Ouverture pour orchestre (1933-34)
Concerto pour violon et orchestre (1932-1933, rev. 1935)
Symphonie No. 1 “Glencree” (In the Wicklow Hills) (1924-1927)
Wildgeese – Esquisse pour petit orchestre (1942)
Psaume pour violoncelle et orchestre (1927 rev. 1928)
A Sea Poem – Thème, Variations & Finale, pour orchestre
Colin Clout (Pastorale d’après “The Shepheard’s Calender” de Spenser)

Benjamin Baker, violon
Nadège Rochat, violoncelle
BBC Concert Orchestra
Ronald Corp, direction

Un album du label Dutton Epoch CDLX7352
Acheter l’album sur le site du label Dutton ou sur Amazon.fr

Photo à la une : la compositrice irlandaise Ina Boyle – Photo : © DR