Archives par mot-clé : Sony Classical

Röschmann et le Lied

Je sortais tout juste des Poèmes de Marie Stuart selon Régine Crespin et voici que je glissais ceux du récital que Dorothea Röschmann et Malcolm Martineau viennent de faire paraître chez Sony Classical. Programme centré sur deux figures féminines, la Reine d’Écosse et la Mignon de Goethe qui inspira et Schubert et Wolf. Continuer la lecture de Röschmann et le Lied

Rameries IV : Cabinet de curiosités

Cathy Krier n’a pas froid aux yeux. Contrairement à ses collègues pianistes qui marient Rameau à Debussy, elle confronte dans un album-manifeste assez clouant la Suite en sol, La Dauphine et quatre Pièces de Clavecin en Concerts à la Musica Ricercata de Ligeti. Continuer la lecture de Rameries IV : Cabinet de curiosités

De l’art de bien rééditer, Vol. 5 : Le pianiste que le piano n’aimait pas

À la mémoire de Nicolas Baron, le meilleur d’entre nous

Nouveau volume dans la série des coffrets « American Pianists » que Sony publie régulièrement : Charles Rosen, en 21 CD. Même principe, pochette des microsillons originaux, remastering soignés, appareil critique exemplaire, un must have pour tous ceux qui cherchaient depuis des lustres ses enregistrements pour la plupart disparus avec le microsillon. Continuer la lecture de De l’art de bien rééditer, Vol. 5 : Le pianiste que le piano n’aimait pas

Malheriade II : Blumine

En 1984, Seiji Ozawa revenait devant les micros de la Deutsche Grammophon pour compléter sa version princeps de la Symphonie No. 1 gravée en 1977 avec l’Orchestre Symphonique de Boston (1).

SEIJI OZAWA, 2006, paper collage, 120x100cm
Le chef d’orchestre nippon Seiji Ozawa. Portrait réalisé en 2006 par Beata Drozd (collage on board, 34”x40”)

On venait d’éditer Blumine, une pièce initialement écrite exactement un siècle plus tôt par le jeune Gustav Mahler Continuer la lecture de Malheriade II : Blumine

Rentrée à dix doigts

Il est des disques dont on ne se déprend pas. Les Partitas de Bach selon Igor Levit sont dans ma platine depuis dix-sept jours. Longtemps attendues depuis le coup d’éclat des trois dernières Sonates de Beethoven, premier opus du pianiste américain Continuer la lecture de Rentrée à dix doigts