Nietzsche et la nuit

Étrange cette persistance têtue du souvenir. J’avais appris ma Troisième Symphonie de Gustav Mahler dans l’enregistrement de Charles Adler, stupeur et tremblement. J’en étais presque effrayé au point que je n’entendais jamais l’Erste Abteilung. Puis vint pour le Noël Continue reading Nietzsche et la nuit