Le Berlioz gracieux de Sir Colin Davis

Sir Colin Davis revenait en ce mois de février pour deux soirées avec l’Orchestre National de France, pour diriger Berlioz, en l’occurrence Béatrice et Bénédict. La distribution était très alléchante, de Joyce DiDonato à Charles Workman, en passant par Nathalie Manfrino ou Jean-Philippe Lafont. Continue reading Le Berlioz gracieux de Sir Colin Davis

Les débuts de Gullberg Jensen avec le LPO (Londres)

En cette mi-février 2009, je prenais le train pour Londres, pour entendre le jour de la Saint-Valentin, un concert du jeune chef d’orchestre norvégien Eivind Gullberg Jensen avec le London Philharmonic Orchestra. C’était la première fois que le chef norvégien venait diriger l’orchestre : Prélude et Mort d’Isolde de Wagner, Deuxième Concerto pour piano de Rachmaninov, puis la Neuvième Symphonie de Dvořák, en cette salle inconfortable du South Bank Centre (Royal Festival Hall).

Il me fut impossible de réellement goûter à Tristan – il faut du temps pour s’accommoder à cette acoustique déplorable, qui ne laisse passer aucun son, qui ne nous permet tout simplement pas de prendre part au discours musical. Très frustrant ! (Je me suis rapproché pour la deuxième partie (le Dvořák, ah…)). Ce ne fut point dramatique pour le Rachmaninov, tellement déstructuré par les incapacités techniques du pianiste, Dominic Piers Smith, qui obligeait le chef à prendre des tempos très lents. Le sentimentalisme, la guimauve n’étaient pas très loin.

La Neuvième Symphonie du compositeur tchèque demeura le moment le plus intéressant de la soirée, même si là l’acoustique freine la réception d’au-moins cinquante pour cent du matériau musical ! Au moins Gullberg Jensen impressionne-t-il par son naturel, sa maîtrise architecturale, sa fermeté rythmique (Allegro final).

Ses nombreux concerts parisiens, notamment avec l’Orchestre de Paris nous ont prouvé combien Eivind Gullberg Jensen était fin musicien. Mais il reste encore peu connu des orchestres (son agenda de concerts le voit surtout en Norvège et en Allemagne). Espérons que nous pourrons l’entendre un jour en tournée avec Paris avec un autre orchestre prestigieux !

LE PROGRAMME DU CONCERT
Richard Wagner (1813-1883)
Prélude et Mort d’Isolde (de « Tristan et Isolde)
Sergei Rachmaninov (1873-1943)
Concerto pour piano No. 2 en ut mineur, Op. 18
Antonín Dvořák (1841-1904)
Symphonie No. 9 en mi mineur “Du Nouveau Monde”, Op. 95

Dominic Piers Smith
London Philharmonic Orchestra
Eivind Gullberg Jensen, direction

Londres, Royal Festival Hall (South Bank Centre),
Mercredi 14 février 2009

Photo : © Mat Hennek

Riccardo Chailly : une nouvelle “Ecossaise”

En ce début de février (2009) vinrent à Paris deux orchestres somptueux, inoubliables par leur sonorité. Tout d’abord, le lundi 12 février, ce fut le Gewandhaus de Leipzig sous la direction de son directeur musical, Riccardo Chailly, qui n’a jamais mérité mieux que le qualificatif de « furioso » dont l’a affublé récemment le journal Classica en tête d’un interview. Continue reading Riccardo Chailly : une nouvelle “Ecossaise”

Philippe Jordan et un Philhar en mauvaise forme

Le vendredi 6 février (2009), Philippe Jordan dirigeait l’Orchestre Philharmonique de Radio France dans un beau programme, composé des Deux Images et du Concerto pour orchestre de Bartók, et du Premier Concerto pour piano de Ludwig van Beethoven, avec comme soliste François-Frédéric Guy. Un beau concert.

Quelle différence de son pour l’orchestre par rapport au jour de Saraste, une semaine auparavant ! Comme quoi le changement de premier violon peut modifier considérablement la couleur générale d’un ensemble de musiciens… Le Beethoven restait finalement le plus convaincant par sa sérénité rayonnante, sa simplicité, la justesse de ses tempos. Cependant, on pouvait reprocher au soliste un jeu assez lisse voire désincarné, qui, par son refus des attaques franches, tendait trop à édulcorer un peu trop le dynamisme inhérent au bouillonnement beethovénien.

Un beau moment de musique tout de même que l’on ne regrette en aucun cas. De même pour le Concerto pour orchestre. S’y manifestait un vrai chef ! L’équilibre dans le sang. Une direction classique, mais formidablement vive, aboutie. Si seulement le Philharmonique de Radio France avait montré une diversité de couleurs plus grande … Aucune crudité, aucun esprit ironique, aucun sens du tragique. Du Bartók gris, trop triste… On attend, impatient, de réentendre Philippe Jordan avec une phalange plus enthousiasmante…

LE PROGRAMME DU CONCERT
Béla Bartók (1881-1945)
Deux Images, Op. 10
Concert pour orchestre

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Concerto pour piano No. 1 en ut majeur, Op. 15

François-Frédéric Guy, piano
Orchestre Philharmonique de Radio France
Philippe Jordan, direction

Paris, Salle Pleyel
Vendredi 6 février 2009

Photo : © DR